Des bébés guépards arrachés des mains de trafiquants d'espèces sauvages au Somaliland

Cheetah cub rescue

DERNIÈRES NOUVELLES : Malgré les soins intensifs qu'ont reçus les neuf bébés guépards récemment saisis, la plupart n'ont pas survécu aux conditions atroces imposées par les contrebandiers. Les guépards sont des animaux très difficiles à réhabiliter. Nous avons donc fait appel à des vétérinaires spécialisés afin de savoir comment les soigner au mieux. L'équipe de secours a été encore plus retardée suite à l'évasion du subadulte plus âgé, Wajale, qui est sorti de son enclos temporaire et est parti dans une zone urbaine. Le Somaliland n'étant pas équipé pour le moment de pistolet à fléchettes et l'animal posant un problème de sécurité publique, la police n'a pas eu d'autre choix que de l'abattre. Quatre bébés guépards sont soignés actuellement et répondent bien au traitement. Leurs problèmes intestinaux sont réglés, l'appétit est revenu et ils commencent même à vouloir jouer ensemble. L'article ci-dessous a été publié pour la première fois le 26 avril 2017.

Neuf bébés guépards et un subadulte ont été saisis chez des trafiquants d'espèces sauvages par le ministère de l'Environnement et du Développement rural du Somaliland (MoERD) avec l'aide du Cheetah Conservation Fund (CCF, Fonds pour la protection des guépards).

Les trois plus jeunes ont été trouvés en très mauvaise santé et tous les moyens sont déployés pour les sauver.

Plus tard dans la journée, le CCF a appris que trois autres guépards plus âgés auraient échappé à un trafiquant dans la région de Wajale, bordant l'Éthiopie, et seraient entrés dans la ville. Deux des félins ont été capturés par la police tandis que le troisième restait introuvable. Avec le soutien du ministre de l'Environnement et du Développement rural, qui a approuvé la saisie, le CCF a obtenu la garde d'un des guépards et négocie pour récupérer le second. Les recherches pour retrouver le troisième se poursuivent toujours.

IFAW s'est associé au CCF pour fournir les soins médicaux d’urgence ainsi que l’alimentation et la structure d’accueil appropriés.

 

Le CCF a besoin de fournitures essentielles à la survie des bébés, et IFAW a été ravi d'offrir une assistance immédiate. Les populations de guépards sauvages sont en grande difficulté, en grande partie à cause de la destruction des habitats et de la demande en bébés guépards pour devenir des animaux domestiques exotiques. La cruauté du commerce d'animaux vivants est choquante et nous faisons tout notre possible pour sauver ces bébés.

Les guépards sont inclus dans la liste des espèces vulnérables de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Selon les estimations, seulement un peu plus de 7 000 guépards vivent à l'état sauvage. Ils ont besoin de plaines découvertes pour chasser, ce qui signifie que la perte d'habitat est probablement la principale raison du déclin important de leur population.

Ces félins sont victimes du trafic d'espèces sauvages en grande partie à cause de la demande pour les posséder comme animaux de compagnie. On estime que chaque année, environ 300 bébés guépards sont passés en contrebande de l'Afrique vers la péninsule arabique. Les bébés de contrebande souffrent d'un taux de mortalité de 70%, et ceux qui survivent ne peuvent retourner à l'état sauvage, même s'il sont sauvés. Certaines personnes croient que posséder un guépard leur conférera un statut social plus élevé. D'autres opèrent en suivant une logique erronée selon laquelle posséder des guépards à titre privé peut empêcher l'extinction de l'espèce. Peu importe la volonté altruiste des acheteurs, l'achat de bébés aux trafiquants contribuera toujours au cycle du commerce illégal.

 

Chez IFAW, notre mission est de sauver des animaux isolés, de protéger les espèces et de conserver leur habitat. Une approche collaborative est plus que nécessaire pour atteindre cet objectif. Le CCF et IFAW ont commencé leur collaboration sur la question du commerce illégal des guépards en 2014, dans le cadre de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

 

Parmi les guépards récemment saisis, un des plus âgés, une femelle d'environ un an et demi baptisée Wajale, a été déplacée dans un large enclos d'accueil temporaire. Bien que nerveuse au départ, Wajale s'est calmée et semble plus décontractée dans son nouvel abri.

 

IFAW et le CCF sont actuellement en discussion avec le ministère sur la façon de fournir des soins de longue durée pour les guépards saisis, qui ne peuvent être transférés dans des sanctuaires dans les pays voisins car les lois en vigueur dans la région ne permettent pas aux animaux saisis d'être transportés à travers les frontières.

Plus de nouvelles à venir.

Gail A'brunzo

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jimmiel Mandima d'IFAW
Vice-président adjoint à la conservation
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique