Quels pays chassent encore la baleine aujourd’hui ?

Bien que la chasse commerciale à la baleine ait été interdite en 1986 par la CBI, quelques pays refusent encore de mettre fin à cette activité.

  • Le Japon

Presque immédiatement après l’entrée en vigueur de l’interdiction de la chasse à la baleine en 1986, le Japon a lancé son programme de recherche scientifique, que beaucoup considèrent comme un simple prétexte pour mener ses activités de pêche commerciale à la baleine.

La chair de ces baleines – prétendument tuées au nom de la science – est ensuite vendue sur les marchés ou distribuée gratuitement ou à bas prix aux écoles et aux hôpitaux dans le cadre d’une stratégie commerciale visant à encourager la consommation de viande de baleine.

La flotte baleinière japonaise prend la mer deux fois par an. Dans le Pacifique Nord, les baleiniers japonais peuvent abattre jusqu'à 200 baleines de Minke, 50 rorquals de Bryde, 100 rorquals boréaux et 10 cachalots, toujours au nom de la science. Avant que la Cour internationale de Justice ne juge cette pratique illégale, les baleiniers pouvaient tuer jusqu’à 935 baleines de Minke et 50 rorquals communs par an dans le sanctuaire de l’océan Austral.

  • La Norvège

La Norvège a respecté l’interdiction de la pêche à la baleine jusqu’en 1993 seulement. S’appuyant sur une faille juridique dans la Convention internationale pour la règlementation de la chasse à la baleine, elle s’est opposée au moratoire et a repris la chasse commerciale de baleines de Minke.

La Norvège établit ses propres quotas pour le nombre de baleines pouvant être tuées à des fins commerciales. Ce nombre n’a fait qu’augmenter, passant de 671 baleines de Minke en 2002 à plus de 1 000 aujourd’hui. Cependant, ces dernières années, moins de la moitié du quota établi a été effectivement atteint.

La Norvège chasse une proportion croissante de femelles reproductrices, ce qui pourrait mettre en péril la survie à long terme des baleines de Minke dans l’Atlantique Nord.

  • L’Islande

Comme le Japon, l’Islande a d’abord mené un programme de chasse « scientifique » à la baleine. Puis, en 1992, elle s’est retirée de la CBI. Et lorsqu’elle l’a finalement réintégrée en 2004, l’une des clauses de sa réadmission signalait son objection au moratoire sur la pêche à la baleine.

En 2006, l’Islande a repris la pêche commerciale à la baleine, notamment la chasse de baleines de Minke et de rorquals communs. En 2010, les pêcheurs islandais ont ainsi tué 148 rorquals communs, une espèce pourtant menacée, et 60 baleines de Minke.

Dans le cadre de sa campagne baptisée « Meet Us Don’t Eat Us! » (Venez à notre rencontre, ne nous mangez pas), IFAW s’efforce actuellement d’informer les touristes sur les baleines, la consommation de leur viande et la chasse dont elles sont victimes.