Victoire : les Émirats arabes unis interdisent la possession d’animaux sauvages

Fin décembre, le gouvernement des Émirats arabes unis a voté une loi pour réglementer la possession d’animaux sauvages dangereux par des particuliers.

Cette loi (2016 n° 22, le projet de loi ayant été adopté en juin 2016) interdit la possession de toute une liste d’animaux sauvages dangereux, dont les grands félins, les hyènes, les primates, les ours, les chauve-souris, les loups, les zèbres, les girafes, les hippopotames, les autruches, les vautours, les crocodiles, les serpents, les araignées, les scorpions et bien d’autres. Les sanctions sont une peine de prison, une amende allant de 10 000 AED (2 475€) à 700 000 AED (173 250€), ou les deux.

Des pénalités et amendes supplémentaires sont prévues pour ceux qui sortent en public avec un animal dangereux (de un à six mois de prison, une amende allant de 10 000 à 500 000 AED, ou les deux) ; qui font le commerce d’animaux dangereux (une peine de prison, une amende allant de 50 000 à 500 000 AED, ou les deux) ou qui utilisent ces animaux pour attaquer une autre personne (jusqu’à un an de prison et/ou une amende allant de 10 000 à 400 000 AED si la victime est blessée ; de trois à sept ans de prison si la victime est handicapée à la suite de l’attaque ; emprisonnement à vie si la victime en meurt).

C’est un cadeau sensationnel pour les animaux, l’environnement et tout un chacun pour cette nouvelle année. Nous félicitons le gouvernement des Émirats arabes unis d’avoir franchi cette étape et adopté une loi si importante pour le bien de tous et des animaux.

Nous encourageons vivement les autres gouvernements, non seulement de la péninsule arabique mais du monde entier, à voter des lois similaires pour éviter les souffrances infligées à la faune sauvage et protéger tout un chacun d’une rencontre dangereuse avec des animaux aussi sauvages.

Depuis qu’IFAW s’est établi aux Émirats arabes unis à la fin 2007, il est apparu clairement que la possession d’animaux exotiques dangereux pose problème dans la péninsule arabique. Le fait de posséder des animaux aussi dangereux est considéré comme un symbole de prestige ou comme une tentative peu judicieuse de préserver une espèce.

IFAW dénonce depuis longtemps la possession d’animaux sauvages par le biais de l’éducation en informant les élèves sur les inconvénients posés, de différents points de vue, par le fait d’avoir un animal sauvage comme animal de compagnie. Ceci comprend entre autres la préservation des animaux sauvages dans la nature, le bien-être des animaux eux-mêmes, les dangers associés à la santé publique, leur comportement imprévisible et l’introduction d’espèces invasives dans l’écosystème local.

Nous continuons également à collaborer avec le service des douanes et les agents vétérinaires de quarantaine pour renforcer leurs capacités à prévenir le trafic d’animaux sauvages en tant qu’animaux domestiques exotiques.

Nous apportons tout notre soutien au gouvernement des Émirats arabes unis vis-à-vis de cette législation et en vue de tous les efforts à fournir pour organiser la mise en œuvre, l’application et l’impact des lois répondant au problème des animaux domestiques exotiques.

1 dirham des Émirats arabes unis vaut 0,27 dollars US ou 0,26 euros

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique