Une nouvelle étude scientifique confirme les ventes de stock d’ivoire de 2008 comme catalyseur de la crise actuelle de braconnage des éléphants

Une nouvelle étude scientifique confirme les ventes de stock d’ivoire de 2008 co
Lundi, 13 Juin, 2016
Yarmouth Port, Massachusetts

Une nouvelle étude publiée hier confirme ce que les organisations de conservation telles qu’IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux) affirment depuis longtemps : la vente unique de stocks d’ivoire de 2008, à caractère expérimental, a été un catalyseur de la crise de braconnage qui décime actuellement les éléphants.

« Les résultats de l’étude confirment notre conviction que ces ventes exceptionnelles sont en réalité une condamnation à mort des éléphants, explique Azzedine Downes, Directeur général d’IFAW. « On estime que 20 000 éléphants ont été tués pour l’ivoire de leurs défenses rien que l’année dernière. »

« Le combat pour sauver les éléphants se livre sur plusieurs fronts – depuis les opérations sur le terrain face aux braconniers, jusqu’au démantèlement des réseaux du trafic en passant par les programmes visant à réduire la demande dans les pays consommateurs tels que la Chine. Les ventes uniques d’ivoire sont absolument contre-productives par rapport aux efforts de conservations mis en œuvre. »

Le Zimbabwe et la Namibie prévoient de soumettre une proposition demandant une nouvelle vente d’ivoire légale lors de la prochaine Conférence des Parties de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction) qui se déroulera en septembre à Johannesburg, en Afrique du Sud.

« Je suis d’accord avec cette étude : les ventes uniques d’ivoire nous ont conduits à la crise actuelle de braconnage », affirme Grace Ge Gabriel, directrice régionale Asie d’IFAW. « Le commerce légal a clairement effacé le stigma attaché au fait d’acheter de l’ivoire, ce qui a stimulé la demande. Cela laisse les consommateurs dans la confusion, les trafiquants plus riches encore et les éléphants morts. »

« Nous devons tirer des leçons du passé et ne pas répéter les mêmes erreurs. Les ventes d’ivoire appartiennent aux livres d’histoire et toute proposition de vente exceptionnelle peut et doit être rejetée. Sinon, nous savons que les éléphants en paieront le prix ultime. »

L’étude a été publiée par le Bureau National de Recherches Economiques par Solomon Hsiang et Nitin Sekar.

 

Post a comment

Contact presse

Kerry Branon (IFAW États-Unis)
Contact phone:
+1 (508) 744-2068
Contact portable :
+1 (508) 776 9872
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique