Recensement à Tsavo : la population d'éléphants repasse la barre des 12 000 individus

Des membres du Kenya Wildlife Service gardent un œil sur la zone de conservation de Tsavo et sur un troupeau d'éléphants.Le nombre d'éléphants a augmenté dans la zone de conservation de Tsavo. L'analyse des données collectées pendant dix jours lors du recensement aérien des éléphants de février dernier a montré qu'ils étaient désormais 12 866.

Tous les trois ans, un recensement est effectué afin de prévoir et d'analyser l'évolution d'une des espèces les plus menacées d'Afrique. Ils étaient 11 076 éléphants en 2014, 12 573 en 2011 et 11 733 en 2008. Ce recensement est principalement financé par USAID et est réalisé par le Kenya Wildlife Service (KWS). Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) a offert au projet son expertise ainsi que son soutien financier.

Cette augmentation de la population d'éléphants de plus de 15% est une excellente nouvelle pour la protection. Les scientifiques et les acteurs de la conservation s'inquiétaient du résultat du recensement de cette année, la majorité de l'Afrique subsaharienne étant aux prises avec une sécheresse extrême lorsqu’il a eu lieu.

La surveillance des individus au sein de l'écosystème de Tsavo est essentielle à la protection et à la gestion des pachydermes. C'est là que vit la plus importante population d'éléphants du Kenya sur 42 000 kilomètres carrés dont la moitié est protégée, notamment au sein des parcs nationaux de Chyullu Hills, de Tsavo West et de Tsavo East. Les principales menaces auxquelles ces animaux sont confrontés sont le braconnage et la disparition de leur habitat.

Grâce à une meilleure connaissance des populations d'éléphants et de leur répartition, des organisations comme IFAW peuvent évaluer et soutenir plus efficacement les opérations anti-braconnage de KWS. Elles jouent également un rôle dans la médiation des conflits entre l'homme et la faune sauvage. Les informations essentielles recueillies grâce à ce recensement vont permettre à KWS et au projet tenBoma d'IFAW de faire une modélisation et d'agir en prévention pour protéger les troupeaux d'éléphants de Tsavo là où ils sont le plus vulnérables. Cette initiative permet également aux communautés locales et aux ONG participantes de partager des informations en lien avec la sécurité des éléphants et de la faune sauvage en général, permettant ainsi de développer une approche collaborative contre le braconnage qui regroupe les sciences criminelles, la sécurité communautaire et les politiques de protection.

Malgré tout, cette augmentation ne veut pas dire qu'il faut relâcher nos efforts. Les éléphants sont aujourd'hui touchés dans le monde entier par de nombreuses menaces telles que le braconnage, les conflits avec l'homme, la destruction de leur habitat, le changement climatique, l'augmentation de la population humaine et le développement des infrastructures. Nous sommes engagés à accomplir notre part, via nos actions sur le terrain en Afrique et en Asie, afin d'offrir aux éléphants les espaces sûrs dont ils ont besoin pour s'épanouir. Nous ne pouvons pas remporter cette victoire sans l'aide précieuse des communautés locales et de nos soutiens.

James Isiche

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique