Quatre façons de lutter ensemble contre la criminalité faunique

J’entends souvent des amis étrangers au monde associatif me demander comment ils pourraient contribuer à faire la différence dans la lutte contre la criminalité faunique.

Et pour cause : il n’est pas facile de savoir quoi faire à notre échelle pour lutter contre des réseaux de criminalité faunique.

Le travail de terrain visant à endiguer le braconnage et le trafic de faune sauvage est dangereux et ne peut être réalisé que par des professionnels des forces de l’ordre hautement qualifiés. Par ailleurs, les campagnes de grande ampleur que le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) met sur pied pour réduire la demande en produits dérivés d’espèces sauvages implique de nouer des partenariats avec les médias et de tisser des liens avec les autorités publiques, deux cercles auxquels la plupart de nos sympathisants n’ont tout simplement pas accès.

Pour la deuxième année, nous célébrons aujourd’hui la Journée mondiale de la vie sauvage. La date a été fixée par l’Assemblée générale des nations unies à l’invitation de la CITES. Et le thème de cette année, « Luttons contre la criminalité faunique », s’inscrit particulièrement bien dans le cadre de notre mission.

A LIRE EGALEMENTLa criminalité faunique au rang des accusés pour la Journée mondiale de la vie sauvage

À cette occasion, IFAW compte organiser une série d’événements pour porter ce message important :

  • À Moscou, une conférence de presse sur le thème de la criminalité faunique sera tenue au Musée d’État Darwin, où seront exposés des peaux d’animaux, des défenses et d’autres produits dérivés d’espèces sauvages saisis par les douanes.
  • À Hambourg, une exposition en plein air de sculptures de glace en forme d’animaux sera installée.
  • Au Cap, nous accrocherons des affiches et des panneaux publicitaires de notre campagne « Ne les laissons pas disparaître » partout en ville.
  • En France, dans une quarantaine de villes, des panneaux publicitaires de notre campagne « Ne les laissons pas disparaître » seront affichés gracieusement dans certains centres commerciaux.

Vous pouvez auusi nous aider !

Faites passer le mot. Les réseaux sociaux sont aujourd’hui omniprésents dans nos sociétés. Il est plus facile que jamais de sensibiliser nos proches aux valeurs qui nous tiennent à cœur. En aimant la page Facebook d’IFAW, en suivant notre actualité sur Twitter et en partageant les posts et les tweets qui vous interpellent sur votre profil, vous contribuez à faire passer le mot. 

 

 

Ce genre de publications est généralement bien perçu sur les réseaux sociaux, et vous pouvez vous servir des affiches électroniques de notre campagne « Ne les laissons pas disparaître » pour agrémenter vos posts et e-mails.

Sensibilisez les nouvelles générations. L’homme est responsable d’un grand nombre de problèmes affectant les espèces sauvages. Ceux-ci ne peuvent être résolus en l’espace d’une génération, aussi devons-nous continuer de sensibiliser la génération de demain, pour nous assurer qu’elle reprendra le flambeau de la lutte pour la protection de la vie sauvage le moment venu. À l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage, nous avons réalisé une vidéo regroupant des témoignages d’enfants venus des quatre coins du monde s’exprimant dans leur langue maternelle sur l’importance de la faune sauvage. N’hésitez pas à la partager.

Interpelez votre gouvernement. Il n’est pas nécessaire d’occuper des fonctions politiques pour entamer le dialogue avec votre gouvernement. De nombreuses plateformes existent aujourd’hui pour envoyer des pétitions aux autorités publiques. Nous les recensons d’ailleurs dans les alertes d’action que nous envoyons à nos sympathisants par e-mail. Inscrivez-vous sans plus tarder en cliquant sur le bouton « S’inscrire » en haut à droite de cette page. Vous pouvez également consulter la page S’impliquer d’IFAW et découvrir comment nous aider.

N’achetez pas de produits dérivés du commerce de faune sauvage. Chaque année, des millions de touristes se rendent dans des pays exotiques pour observer des animaux sauvages. Plein de bonnes intentions, ils finissent néanmoins par ramener dans leurs valises des souvenirs confectionnés à partir de produits dérivés des animaux qu’ils admirent tant. Soutenez le tourisme responsable en signant le pacte « Réfléchissez - n'achetez pas de souvenirs dérivés d'animaux sauvages ».

Il n’est pas nécessaire d’être aux premières lignes de la lutte contre le trafic pour faire la différence. En cette Journée mondiale de la vie sauvage, engagez-vous aux côtés d’IFAW dans le combat pour la protection des espèces sauvages.

Azzedine Downes
 

Aidez-nous à toucher le plus grand nombre. Partagez les affiches que nous avons élaborées à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage sur les réseaux sociaux.

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la
Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la Philanthropie