Les pays pro-chasse à la baleine harponnent une fois de plus le projet de sanctuaire baleinier dans l'Atlantique sud

Mardi, 25 Octobre, 2016
Portorož , Slovénie

Le projet de sanctuaire baleinier dans l'Atlantique sud a une fois de plus achoppé sur l'opposition des pays pro-chasse au cours de la deuxième journée de la 66ème réunion de la Commission baleinière internationale (CBI) à Portorož, en Slovénie.

La proposition présentée par l'Argentine, le Brésil, le Gabon, l'Afrique du Sud et l'Uruguay visait à proposer une approche globale de la conservation des cétacés, plus seulement concentrée sur la chasse à la baleine, mais incluant la gestion de toutes les menaces qui pèsent sur les baleines dans cette région.

Malgré un fort soutien des acteurs de la conservation, la résolution, qui aurait pu être adoptée par consensus, a été soumise au vote et a échoué à obtenir la majorité des trois quarts nécessaire à l'adoption (38 voix pour, 24 voix contre et 2 abstentions). Des propositions de sanctuaire dans cette région sont déposées à quasiment chaque réunion de la CBI depuis 1999, mais elles ont toujours échoué. Cette proposition, qui avait recueilli un large soutien en amont de la réunion, était la première à inclure un plan de gestion global qui s’attaque aussi aux autres menaces qui pèsent sur les baleines, notamment les collisions avec les navires et la pollution sonore des océans.

Matt Collis, chef de la délégation d’IFAW à la CBI, a déclaré: «Il est très décevant de voir la proposition de sanctuaire baleinier dans l'Atlantique sud une nouvelle fois rejetée. Un sanctuaire dans cette région aurait fourni une solide protection à un nombre important d'espèces de baleines et de dauphins. Une victoire de cette proposition aurait envoyé le message clair que la CBI est capable de devenir un organe de conservation moderne pour les baleines plutôt qu’un club de vieux baleiniers. »

« La recherche non-létale sur les baleines dans cette région a déjà fourni de précieuses données sur les baleines. La création d’un sanctuaire aurait permis d’aller plus loin dans cette voie et de recueillir des informations beaucoup plus utiles et précises qu’aucune autre recueillie via ce qu'on appelle la chasse « scientifique ».»

En amont de cette réunion, la proposition avait été examinée par le comité scientifique de la CBI : personne en son sein, pas même les scientifiques japonais, n'a émis d’objection. De même, lors de sa réunion le mois dernier, le Congrès mondial de l'UICN a appuyé la création d'un sanctuaire baleinier dans l'Atlantique sud.

En plus d’offrir une plus grande protection aux baleines, le sanctuaire baleinier de l'Atlantique sud aurait apporté une plus-value aux communautés côtières grâce à la promotion et la gestion de l'observation des baleines. L'échec de cette proposition est donc un coup dur porté à cette région ainsi qu’au développement de cette industrie durable.

Les populations de cétacés de l’Atlantique sud incluent des baleines bleues, des baleines à bosses, des petits rorquals, des cachalots, des rorquals boréals et des baleines franches australes.

IFAW s’oppose à la chasse à la baleine commerciale, une pratique cruelle et inutile. Il n'existe tout simplement aucune façon humaine de tuer une baleine.  L'observation responsable des baleines est une alternative économique et humaine viable qui bénéficie aux baleines et fournit un moyen de subsistance durable pour les populations.

NOTE AUX REDACTEURS :

  • Possibilité d’interview par Skype
  • Des photographies en haute-définition sont disponibles sur www.ifawimages.com
  • Prendre connaissance des documents de la CBI: https://iwc.int/iwc66docs
  • Suivre en temps réelle la CBI sur Twitter : @Action4IFAW ou @IFAWUKPress

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling (IFAW Royaume-Uni)
Contact portable :
+44 7917 5077 17
Contact email: