L’art de vivre simple et émouvant des sinistrés du typhon Hagupit aux Philippines

IFAW est intervenu après le passage du typhon Hagupit  pour fournir de la nourriture pour chien et dispenser une aide humanitaire et une assistance médicale aux habitants de la province du Samar oriental.

Cet article a été rédigé par May Angela Felix-Razon, coordinatrice des interventions en cas de catastrophes d’IFAW installée aux Philippines.  --JG

Chaque début d’année offre une occasion idéale pour relativiser ses problèmes et apprécier ce que l’on a.

En ce début d’année 2015, il me vient à l’esprit une maxime qui fait écho à notre sens de l’humanité : « Vis simplement afin que tous, nous puissions simplement vivre ». Ce proverbe revêt un sens tout particulier pour IFAW : la simplicité du quotidien de certaines populations du monde laisse généralement un souvenir impérissable dans les mémoires des membres de nos équipes d’intervention.

Pour ma part, je n’oublierai jamais la bienveillance des habitants de la province du Samar oriental que nous avons rencontrés. Partout où nous sommes allés, nous avons été chaleureusement accueillis, souvent avec une once de surprise mêlée de soulagement. 

Dans certaines des régions où nous nous sommes rendus, l’aide humanitaire n’avait pas encore pu atteindre les plus petits barangays. Chaque fois pourtant, nous étions reçus par des habitants amicaux, désireux de nous aider et de nous conter le calvaire qu’ils avaient vécu durant le passage du cyclone.

Après le passage du super typhon Haiyan, en 2013, IFAW s’était déjà rendu aux Philippines. Nous avions alors travaillé sans relâche avec diverses organisations locales aux quatre coins du pays pour proposer une aide et une assistance médicale au bétail et aux animaux de compagnie des sinistrés.

Cette fois encore, nous avons dû surmonter de nombreux obstacles pour mener à bien notre opération, à commencer par les vols à destination du Samar oriental, annulés pour la plupart à cause du mauvais temps, des fermetures partielles de certains aéroports et de l’affluence de voyageurs.

Il nous a donc fallu redoubler d’ingéniosité pour trouver un moyen de nous rendre sur place au plus vite.

En compagnie des membres de la Humane Society International (HSI), nous avons pris un avion jusqu’à Cebu, d’où nous avons pu rallier Ormoc, dans la province de Leyte, après un trajet de trois heures en bateau.

Pour ne rien arranger, nous transportions l’équivalent d’une tonne de nourriture pour chien en vue d’en assurer la distribution à Borogan, dans le Samar oriental. Une fois arrivés à Ormoc, nous avons pris la route et roulé pendant près de cinq heures pour rejoindre Tacloban.

400 kilomètres nous séparaient encore de Borongan, à travers des sentiers rendus irréguliers par la pluie torrentielle qui s’abattait depuis plusieurs jours sur la région. Le retour d’IFAW en Samar oriental illustre bien toute la cohérence de ses actions en cas de catastrophe : interventions sur le terrain, aide d’urgence et soutien dans l’élaboration de programmes de préparation aux catastrophes futures.

Pour nous rendre dans le premier barangay de notre itinéraire, nous avons dû traverser une rivière en bateau. Alors que nous naviguions, nous avons aperçu des enfants batifoler dans l’eau, comme une ode à l’insouciance. Une fois la terre ferme retrouvée, nous avons déchargé la nourriture pour chien et quelques paquets de biscuits que nous avons donnés aux enfants.

En déambulant à travers le village, un autre fait marquant nous a frappés : les plus jeunes semblent entretenir ici un lien particulièrement fort avec leurs animaux.

Ils étaient souvent accompagnés de leurs chiens, qui marchaient fidèlement à leurs côtés en remuant la queue.

Nous avons alors engagé la discussion avec un petit groupe d’enfants pour leur demander comment ils faisaient face aux événements tragiques qui avaient frappé leur village et s’enquérir de leurs besoins les plus urgents, afin de transmettre ces informations au gouvernement national. Nous leur avons ensuite distribué de la nourriture pour chiens et des biscuits, qu’ils se sont empressés de partager avec leur chien, à notre grande surprise.

Ces jeunes enfants faisaient preuve d’un sens de la compassion absolument remarquable.

Alors même qu’ils avaient perdu leur maison et qu’ils étaient réduits à nettoyer la boue de leurs vêtements en lambeaux pour pouvoir les porter, ils n’ont pas hésité un seul instant à partager ce maigre repas avec leurs fidèles compagnons.

Quel meilleur exemple des valeurs que nous célébrons tous après les fêtes de fin d’année : le don, la générosité et le partage, peu importe ce que l’on possède.

Nous avons aussi rencontré un vieil homme qui habitait près du fleuve Loom. Ce dernier nous a relaté la détresse évidente de sa chienne au pelage brun et blanc, qui vivait recroquevillée sur une table couverte de boue depuis qu’elle avait perdu ses quatre chiots lors de la montée des eaux.

Malgré nos efforts, nous n’avons pu approcher cette petite chienne, et avons donc promis au propriétaire que nous reviendrions pour elle.

Et c’est ce que nous avons fait.

Au cours de cette intervention, IFAW et HSI se sont employés à fournir de la nourriture pour chien et à proposer une aide humanitaire et une assistance médicale aux communautés sinistrées.

Les habitants des différentes communautés du Samar oriental où nous sommes allés nous ont toujours accueillis avec un large sourire, sans savoir qui nous étions ni ce que nous apportions. C’est là une preuve irréfutable d’une vie simple et sereine, en harmonie avec leur environnement.

À une période de l’année où certains s’affairaient à planifier le repas du réveillon, eux étaient simplement reconnaissants d’être en vie, ensemble, avec leurs proches et leurs animaux.

Ces hommes et ces femmes nous ont tous appris une leçon essentielle : avoir moins n’est pas synonyme de manque.

Avoir moins certes, mais offrir plus.

Que cette nouvelle année soit porteuse de nouveaux espoirs.

May Angela Felix-Razon

Votre soutien permet à IFAW d’offrir une seconde chance aux animaux du monde entier. Faites un don dès maintenant.

Post a comment

Nos experts

Conseiller principal en matière de programmes
Conseiller principal en matière de programmes
Brian Sharp, Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Katie Moore, Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Loïs Lelanchon, Chargé du programme Sauvetage des animaux
Chargé du programme Sauvetage des animaux
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence
Valeria Ruoppolo, Vétérinaire d’IFAW
Vétérinaire d’IFAW
Vivek Menon, Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la
Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la Philanthropie