La Chine broie de nouveau de l'ivoire à Pékin

La Chine broie de nouveau de l'ivoire à Pékin
Vendredi, 29 Mai, 2015
Beijing, China

Ce matin, en Chine, au Centre de réhabilitation et de sauvetage des animaux sauvages de Pékin, l'Administration d'État des forêts (AEF) et l'Administration générale des douanes (AGD) ont broyé 662 kg d'ivoire correspondant à l'ensemble des affaires de saisie traitées depuis 2014 à l'occasion d'un événement conjoint.

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) a été invité à assister à cette destruction. « IFAW soutient totalement la volonté du gouvernement chinois de détruire publiquement l'ivoire. Cette destruction, la deuxième en deux ans, montre que la Chine est déterminée à mettre fin au commerce illégal de l'ivoire », déclare Grace Ge Gabriel, Directrice régionale Asie d'IFAW. « Les 662 kg d'ivoire saisis provenant d'affaires classées sont le résultat d'importantes opérations de répression menées par l'AEF, l'AGD, la police forestière d'État et d'autres agences officielles. Parmi elles, les opérations Cobra ont fortement dissuadé les criminels de s'attaquer aux animaux sauvages à l'intérieur et à l'extérieur des frontières chinoises. »

"A l'avenir, le gouvernement chinois continuera d'améliorer la conservation des espèces sauvages en ne laissant aucune place à leur trafic y compris le trafic d'ivoire. Dans le cadre juridique qu'offrent la CITES mais aussi les lois et règlements nationaux, nous allons contrôler strictement la transformation de l'ivoire et son commerce jusqu'à ce que soit éventuellement mis un terme au travail de l'ivoire à des fins commerciales ainsi qu'à la vente de l'ivoire et de ses produits ", a déclaré M. Zhao Shucong, ministre de la SFA, lors de l'événement de destruction .

Le commerce de l'ivoire pourrait conduire à l'extinction des éléphants. Chaque année, 25 000 à 30 000 éléphants d'Afrique sont braconnés afin d'alimenter le commerce de l'ivoire. D'après l'Elephant Trade Information System (ETIS), le volume de saisies d'ivoire de grande ampleur a atteint de nouveaux records au cours des dernières années. En 2013, les forces de l'ordre ont saisi 41,6 tonnes d'ivoire dans le monde entier, soit 71 % de plus qu'en 2009. Les études montrent que pour une espèce à croissance lente telle que l'éléphant, le risque d'effondrement démographique survient dès que le taux de mortalité atteint 6 %. Dans certaines régions d'Afrique, le déclin des populations d'éléphants est proche de 11 % à 12 % par an en raison du commerce de l'ivoire.

« La destruction publique de l'ivoire confisqué et la stricte application des lois vont à la fois dissuader les criminels de s'attaquer aux animaux sauvages et sensibiliser l'opinion publique à la nature criminelle du commerce de l'ivoire. De telles mesures contribuent à stigmatiser la consommation d'ivoire et à réduire la demande », ajoute Grace Ge Gabriel.

D'autres pays ont détruit publiquement leur ivoire confisqué cette année afin de s'ériger contre le trafic d'ivoire international. Ainsi, le Kenya, l'Éthiopie, la République du Congo et les Émirats arabes unis ont, à eux quatre, brûlé plus de 36 tonnes d'ivoire. IFAW France a également organisé la destruction publique de 257 objets en ivoire donnés par des citoyens qui voulaient s'en défaire. Depuis les pays de l'aire de répartition des éléphants aux pays consommateurs en passant par les pays de transit, tous les maillons du trafic international d'ivoire ont été ébranlés par ces destructions.

« La lutte contre le trafic d'ivoire nécessite la coopération des pays du monde entier. La Chine continuera de favoriser la collaboration entre les pays et de renforcer la législation et la mise en application des lois afin de juguler le commerce illégal d'ivoire », déclare Xianlin Meng, Directeur adjoint exécutif de l'organe de gestion de la CITES en Chine.

L'un des lecteurs du microblog d'IFAW nous a envoyé un commentaire très pertinent : « Les défenses d'ivoire de contrebande sont le résultat d'un pillage de la nature. Elles doivent être détruites et non pas consommées. Nous devrions avoir de la peine pour la mort des éléphants qui sont tombés sous le coup de ce commerce barbare, et non pour la destruction de cet ivoire auquel nous attachons une valeur totalement nulle. Montrons tous au gouvernement que nous soutenons cette destruction ! »

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW Southern Africa)
Contact phone:
+27 82 330 2558
Contact email:
Sabrina Zhang (IFAWChina)
Contact phone:
+86 13911116927
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la
Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la Philanthropie