L’interdiction mondiale de chasse commerciale à la baleine menacée alors qu’une réunion cruciale de la Commission baleinière internationale approche

Lundi, 10 Septembre, 2018
Londres, Royaume-Uni

international whaling commission 2018

Alors que des représentants venus du monde entier se retrouvent à Florianopolis, au Brésil, pour l’ouverture ce lundi de la 67e réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), les nations pro et anti chasse à la baleine devront choisir si elles soutiennent ou rejettent une proposition controversée du Japon qui menace l’interdiction mondiale de chasse commerciale à la baleine.

Tout est en place pour une réunion cruciale de la CBI la semaine prochaine. Environ 80 pays membres se réunissent pour la réunion bisannuelle au cours de laquelle ils étudieront le programme « En avant » du Japon. Malgré son nom, cette proposition cherche à faire régresser la CBI en faveur de la chasse commerciale à la baleine et, si elle est adoptée, mettrait effectivement un terme au moratoire.

Son objectif est que la CBI s’engage à établir, pour certaines populations de cétacés, des quotas pour la chasse commerciale à la baleine à partir de 2020. Cependant, la proposition ne réussit pas à expliquer comment des chasses commerciales seraient gérées efficacement à l’avenir et elle floute la distinction entre la chasse commerciale et la chasse de subsistance.

IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux, s’oppose à la proposition du Japon et demande aux pays membres de la rejeter. IFAW encourage les gouvernements à soutenir des propositions importantes qui font avancer le travail de conservation de la CBI, afin d’aider à protéger les baleines contre les menaces de plus en plus nombreuses qu’elles rencontrent.

Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation marine d’IFAW, a déclaré : « Cette réunion est cruciale. La CBI doit être un organisme de conservation des baleines du 21e siècle, et non un club d’anciens baleiniers. Les pays membres doivent faire front commun et favoriser une évolution en faveur de la protection des baleines, et non laisser cette Commission faire marche arrière et retourner à l’époque révolue de la chasse commerciale à la baleine. »

À l’opposé de la proposition du Japon, la Déclaration de Florianopolis du pays hôte, le Brésil, offre une vision positive pour la CBI et reconnaît le rôle vital que jouent les baleines dans l’écosystème ainsi que l’importance de l’observation des baleines pour les communautés côtières. IFAW encourage les pays membres de la CBI à soutenir cette proposition.

Patrick Ramage a ajouté : « L’observation des baleines rapporte aujourd’hui plus de 2 milliards de dollars par an dans le monde entier et permet aux baleines, aux individus et aux communautés côtières de prospérer. Les avancées scientifiques révèlent l’importance des baleines pour les écosystèmes océaniques et présentent des arguments solides qui expliquent pourquoi la CBI devrait porter toute son attention sur la reconstitution de toutes les populations de baleines, sans envisager une exploitation supplémentaire. »

De plus, IFAW demande aux pays membres d’évoquer, au cours de la semaine, la récente reprise de la chasse au rorqual en Islande, qui a provoqué un tollé mondial lorsqu’un hybride de baleine bleue et de rorqual a été harponné.

IFAW encourage les pays membres à soutenir un ensemble de propositions importantes qui font avancer le travail de conservation de la CBI. Cela comprend des solutions pour réduire le bruit sous-marin créé par l’homme, les collisions avec des navires et l’enchevêtrement dans des filets fantômes (dispositifs de pêche abandonnés).

Il faut également que les pays tournés vers la conservation soutiennent le renouvellement de la proposition en faveur d’un sanctuaire de cétacés dans l’Atlantique Sud, après que les propositions précédentes en faveur d’un tel sanctuaire ont été torpillées par le lobby pro-chasse. Cela favoriserait une meilleure observation des baleines dans ce secteur et permettrait plus de recherches non létales sur les cétacés, fournissant alors des informations plus précises et plus fiables que celles fournies par la chasse scientifique sur les populations et les menaces qui pèsent sur celles-ci.

IFAW s’oppose à la chasse commerciale car elle est cruelle et inutile ; il n’y a simplement aucun moyen de tuer une baleine sans cruauté. L’observation responsable des baleines est une alternative digne et économiquement viable. Elle est positive pour les baleines et permet de meilleures conditions de vie pour les habitants.

Fin

 

Notes:

Les experts d’IFAW sur les baleines seront présents à la réunion et disponibles pour des interviews.

Pour plus d’information ou si vous souhaitez organiser des interviews, veuillez contacter Clare Sterling au Brésil sur son portable au +44 (0)7917 507717 ou par e-mail csterling@ifaw.org.

 

Des interviews par Skype sont possibles sur demande.

Pour suivre les actualités d’IFAW sur Twitter, abonnez-vous à @IFAWFrance

Des images sont disponibles pour utilisation par les médias sur www.ifawimages.com

Les documents de la CBI sont disponibles sur : http://iwc.int/iwc67

 

A propos d’IFAW

Fondé en 1969, le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) est une organisation mondiale à but non lucratif qui protège les animaux et les habitats qui sont les leurs. Avec des bureaux dans 15 pays et des projets dans plus de 40 pays, IFAW sauve, réhabilite et relâche des animaux dans des environnements sûrs à travers le monde.

En collaboration avec les gouvernements et les communautés locales, ses chargés de campagne expérimentés, ses experts juridiques et politiques et ses scientifiques de renommée internationale sont les premiers à proposer des solutions durables aux problèmes les plus pressants de bien-être animal et de conservation de la faune.

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling
Contact phone:
+44 (0)7917 507717
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique