Inscription du requin soyeux et du requin-renard à l'Annexe II de la CITES

Les déclins de populations de requins soyeux sont principalement dus à la surexploitation des pêcheries, qui vendent les ailerons sur les marchés internationaux.Pendant des siècles, 1 150 espèces d'elasmobranchii (510 espèces de requins et 650 espèces de raies) ont été utilisées pour leur chair, leur peau et leurs organes servant à faire de l'huile. Mais récemment, la demande asiatique en matière d'ailerons de requins a provoqué une situation de crise.

Plusieurs espèces d'elasmobranchii ont été reconnues vulnérables à la surpêche en raison de leurs traits d'histoire de vie, notamment de leur croissance lente, de leur maturité tardive, de leurs périodes de gestation longues et de leurs petites portées.

Certaines populations d'espèces ont même connu un déclin de 90 % à cause de la pression croissante exercée par l'industrie de la pêche.

Comme la plupart de ces espèces sont considérées comme des super-prédateurs, leur déclin pourrait avoir d'importantes conséquences sur les écosystèmes.

Deux types de requins font l'objet d'une proposition d'inscription à l'Annexe II de la CITES pour le mois prochain : le requin soyeux et le requin-renard.

Malgré leur rôle prépondérant, les elasmobranchii demeurent très mal connus, et la recherche scientifique à leur égard fait cruellement défaut. Voici ce que nous savons sur eux :

Le requin soyeux, Carcharhinus falciformis, est mince et a la peau lisse. Il est de couleur gris foncé à bronze sur le dos et blanche sur le ventre, et possède une strie interdorsale. Il mesure entre 1,8 et 2,3 mètres de long en moyenne et peut mesurer jusqu'à 3,5 mètres.

A LIRE : Fiche d'informations d'IFAW sur la CITES – Requin – 2016

Le requin soyeux se rencontre dans les eaux océaniques et côtières, souvent à l'orée des plateaux continentaux et en haute mer, en dehors des zones économiques exclusives (ZEE) des États côtiers. (Une ZEE est un espace maritime prescrit par la Convention des Nations Unies dans le droit de la mer, sur lequel un État exerce des droits souverains en matière d'exploration et d'usage des ressources.) Le requin soyeux est un prédateur de niveau trophique élevé évoluant dans les écosystèmes océaniques et qui se nourrit essentiellement de téléostéens (poisson osseux) et de céphalopodes (calamars et pieuvres).

La plus grande menace qui pèse sur le requin soyeux est la mortalité due aux pêcheries. Victime à la fois des captures incidentes utilisées ou rejetées, l'espèce C. falciformis a accusé un déclin de plus de 70 % dans presque toute son aire de répartition. Ces déclins sont principalement dus à la surexploitation des pêcheries, qui vendent les ailerons sur les marchés internationaux.

Basé sur leur appartenance à la catégorie à faible productivité selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, les populations de requin soyeux sont exposées à un déclin et mettront du temps à se reconstituer après une surexploitation. 

Il existe trois espèces de requins-renards : le requin-renard commun (alopias vulpinus), le requin-renard à gros yeux (Alopias superciliosus) et le plus petit du groupe, le requin-renard pélagique (alopias pelagicus).

Les requins-renards sont des requins pélagiques hautement migratoires, répartis sur presque toute la surface du globe dans les mers océaniques et côtières tropicales et tempérées.

Le lobe supérieur, extrêmement long, de l'aileron caudal est le meilleur moyen d'identifier les requins-renards. Il peut être aussi long que le corps du requin. Ils possèdent en outre une petite tête et un museau de forme conique. Le premier aileron dorsal est de grande taille et érigé et les ailerons pectoraux sont allongés.

Le requin-renard utilise sa queue pour assommer ses proies, mais son grand aileron dorsal se prend souvent dans les palangres pélagiques lorsque le requin tente d'assommer les appâts.

Ce sont des requins pélagiques hautement migratoires, répartis sur presque toute la surface du globe dans les mers océaniques et côtières tropicales et tempérées. Le requin-renard à gros yeux est un prédateur de niveau trophique élevé évoluant dans les écosystèmes océaniques et qui se nourrit essentiellement de poissons pélagiques, ainsi que de calamars.

Les populations de requins-renards à gros yeux souffrent de forts déclins, notamment en raison de la valeur élevée de leurs ailerons sur les marchés internationaux.

Le taux intrinsèque de reproduction très bas des requins-renards les place parmi les espèces de requin les plus vulnérables à l'industrie mondiale de la pêche, qu'ils soient pris pour cibles ou capturés par incidence.

Chez les requins-renards à gros yeux, les femelles arrivent à maturité à l'âge de 13 ans, leur période de gestation dure 12 mois et une portée se compose en moyenne de deux nouveau-nés.

Heureusement, le taux d'ailerons de requins présents sur le marché d'ailerons de requins de Hong Kong a chuté entre 77 et 99 % entre ces dix et 15 dernières années.

L'inscription de ces deux espèces de requins à l'Annexe II se justifie parce que le commerce international de leurs ailerons est une motivation majeure pour les pêcheries non durables et largement incontrôlées, qui sont à l'origine des importants déclins qu'ont subis leurs populations dans le monde entier.

Inscrire les espèces de requin soyeux et de requins-renards à l'Annexe II permettra de garantir que le marché international soit approvisionné par des pêcheries durables, correctement suivies et plus respectueuses des populations sauvages qu'elles exploitent.

Dr. Elsayed Ahmed Mohamed

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jimmiel Mandima d'IFAW
Vice-président adjoint à la conservation
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique