Deux éléphants orphelins sont transférés au Centre de remise en liberté de Kafue

Tafika accueille Musolole (au centre) au Centre de remise en liberté.Les éléphants orphelins Zambezi et Musolole (surnommés Bezi et Muso) ont entamé la deuxième partie de leur réhabilitation.

La semaine dernière, nous les avons transférés du Centre pour les éléphants de Lilayi situé près de Lusaka, en Zambie, au Centre de remise en liberté de Kafue, dans le parc national Kafue.

Très tôt dans la matinée du mardi, nous les avons tous deux mis sous anesthésie afin de les assoupir en prévision du voyage. Cela n’a posé aucun problème pour Musolole qui s’est laissé hypnotiser par son biberon de lait jusqu’au camion, mais Zambezi, fidèle à lui-même, ne s’est pas laissé faire. L’équipe, qui connait bien son caractère indépendant, n’a d’ailleurs pas été surprise.

Après avoir tenté de l’amadouer pendant une heure, nous nous sommes rendus à l’évidence qu’il ne monterait pas dans le camion de son propre chef. Le vétérinaire lui a alors administré une seconde dose d’anesthésiant pour que nous puissions pousser Zambezi dans le camion à grand renfort de bras.

Zambezi refuse de monter dans le camion et ne se laisse même pas tenter par son biberon.

Une fois les deux éléphants correctement placés dans les camions, le convoi a pu se mettre en route vers le parc national Kafue. Des vétérinaires du ministère des Parcs nationaux et des Espèces sauvages et du Projet vétérinaire pour les animaux sauvages du GRI nous ont prêté main forte pendant l’opération.

Malgré ce long voyage et une crevaison qui nous a valu un arrêt supplémentaire, Bezi et Muso sont restés très calmes et ont bu et mangé normalement pendant les escales. 

Le convoi fait escale pour vérifier que les éléphants vont bien.

Le convoi est arrivé à destination peu avant minuit. Nous avons alors rapidement fait descendre les éléphants pour les placer dans leurs enclos, où de la nourriture les attendait. Ils se sont ensuite allongés et ont pu profiter d’une nuit de sommeil bien méritée.

Musolole descend du camion à minuit.

Le lendemain matin, le reste du troupeau s’est immédiatement rendu compte de la présence des deux nouveaux arrivants.

Ils se sont précipités vers l’enclos pour mener leur petite enquête, conduits par Tafika, l’aîné du troupeau à cette occasion.

 

Musolole a salué sa nouvelle fratrie avec courtoisie, tandis que Zambezi a fait preuve de timidité et a tenté de s’isoler du troupeau. Mais lorsque les orphelins sont sortis de l’enclos pour leur promenade quotidienne, ils se sont tous deux mêlés aux autres.

Pendant leur virée dans la nature, le troupeau s’est retrouvé nez à nez avec Chamilandu et Bakota, les deux plus vieux éléphants du groupe des aînés, qui vont et viennent à leur guise dans le centre. Chamilandu, la matriarche, s’est tout de suite rendu compte que le troupeau s’était agrandi et s’est empressée de faire connaissance avec les deux petits nouveaux en les touchant et en se familiarisant à leur odeur.

Lorsqu’Aaron et Victor, les deux gardiens qui sont restés auprès des orphelins pendant leur transfert, sont partis déjeuner, Musolole a commencé à s’inquiéter. Il s’est mis à parcourir le boma en long et en large à la recherche de ceux qui avaient veillé sur lui depuis le jour de son sauvetage.

Ce comportement montre clairement les liens qui s’établissent entre les gardiens et les orphelins, et l’importance de ne pas les rompre trop rapidement. Aaron et Victor resteront au Centre de remise en liberté jusqu’à ce que Muso et Bezi se soient complètement adaptés à leur nouvel environnement.

 

Car il ne fait aucun doute que Musolole et Zambezi s’attacheront aux autres orphelins et apprendront à vivre dans la nature avec leur nouvelle famille. Un jour, lorsqu’ils seront suffisamment grands et confiants, ils partiront pour de nouveaux horizons, comme le font tous les éléphants mâles.

Rachael Murton

Le Projet d’orphelinat pour les éléphants (POE) est une initiative du GRI qui reçoit le soutien d’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux), de la David Shepherd Wildlife Foundation (DSWF) et du ministère des Parcs nationaux et des Espèces sauvages de Zambie.

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW