Des chercheurs confirment que le Japon n'a PAS besoin de tuer d'autres baleines pour ses « recherches scientifiques »

Des chercheurs confirment que le Japon n'a PAS besoin de tuer d'autres baleines
Vendredi, 19 Juin, 2015
London, UK

D'après les scientifiques de la majorité des pays représentés lors de la récente réunion du Comité scientifique de la Commission baleinière internationale (CBI), le Japon n'a pas besoin de tuer de baleines cette année dans le cadre de ses « recherches scientifiques ».

Le Japon prévoit en effet de reprendre la chasse à la baleine dans l'océan Antarctique en 2015, alors même que la Cour internationale de justice (CIJ) a déterminé au mois de mars 2014 que le programme de chasse à la baleine nippon dans l'Antarctique, JARPA-II, ne répondait pas à des objectifs scientifiques et était donc illégal.

Bien qu'il se soit engagé dans un premier temps à respecter la décision de la cour, le Japon a ensuite annoncé la mise en œuvre d'un nouveau programme, NEWREP-A, dont l'objectif n'est autre que de reprendre la chasse dans l'océan Austral après un sursis d'un an à peine.

Le rapport du Comité scientifique de la CBI publié deux semaines après la fin de sa réunion annuelle à San Diego révèle l'absence de consensus au sujet des projets du Japon, le Comité comptant des représentants du programme de chasse à la baleine proposé dans ses rangs. Néanmoins, la majorité des pays représentés a conclu que « la reprise des prélèvements létaux au cours de la saison 2015/2016 n'était pas justifiée ».

Au mois de février dernier, la CBI avait rassemblé un groupe d'experts indépendants à Tokyo avant la réunion plénière du Comité scientifique afin d'éviter ce conflit d'intérêts. Ce groupe d'experts avait conclu que la proposition japonaise n'avait pas démontré la nécessité de tuer des baleines pour atteindre ses objectifs et avait précisé que des recherches supplémentaires étaient nécessaires dans ce domaine. Dans son rapport, le Comité scientifique a noté que certaines questions soulevées par le groupe d'experts n'avaient pas été adressées, et a convenu de réexaminer la situation l'année prochaine.

Patrick Ramage, Directeur du programme Baleines d'IFAW, a déclaré : « Compte tenu de ce nouveau rapport d'experts, qui s'oppose comme tant d'autres avant lui à la chasse à la baleine, nous exhortons le Japon à renoncer à de nouveaux massacres. La Cour internationale de justice, le groupe d'experts mandaté par la CBI et la majorité des pays du Comité scientifique ont tous démontré que la chasse japonaise dans les eaux antarctiques n'avait pas de visée scientifique et ont réitéré qu'il n'était pas nécessaire de tuer d'autres baleines. »

« Pour la première fois depuis plus d'un siècle, les baleines de l'océan Austral n'ont pas été victimes de la chasse commerciale, et cela doit continuer ainsi. Nous appelons le Japon à admettre que les recherches non létales sur les baleines sont la seule solution durable. »

Le Japon veut tuer 333 baleines de Minke par an pendant les 12 prochaines années, soit environ 4 000 baleines en tout, en dépit de la faible demande pour la viande de baleines et de l'opposition internationale à la chasse.

Depuis la mise en application du moratoire international sur la chasse commerciale à la baleine, le Japon a tué plus de 14 000 baleines au nom de la science, pour la majorité dans l'océan Austral.

L'année dernière, suivant les recommandations de son Comité scientifique, la CBI avait demandé aux pays membres de ne plus octroyer de permis de chasse à la baleine à des fins prétendument scientifiques tant qu'elle n'en avait pas évalué la légitimité. Faisant fi de cette demande, le Japon compte reprendre la chasse à la baleine à des fins scientifiques dès le mois de décembre dans l'océan Antarctique, sans attendre l'évaluation que la Commission rendra lors de sa prochaine réunion en septembre 2016.

IFAW s'oppose à toute forme de chasse commerciale des baleines en raison de sa cruauté, et promeut l'observation des baleines, qui est une réponse pacifique et économiquement viable à l'exploitation des baleines et offre des moyens de subsistance durables aux populations côtières.

Notes aux rédacteurs

Le rapport 2015 du Comité scientifique de la CBI peut être consulté ici : https://archive.iwc.int/?r=5429

Le Japon chasse également les baleines dans le Pacifique Nord dans le cadre du programme JARPNII. Bien que la CIJ ne se soit pas spécifiquement penchée sur la chasse dans le Pacifique Nord, le Japon est censé prendre en compte les conclusions de la cour dans son programme JARPNII (qui cible jusqu'à 100 rorquals boréaux, 50 rorquals de Bryde, 220 baleines de Minke et 10 cachalots par an).

Suivant le jugement rendu par la CIJ, le Japon a réduit ses quotas dans le Pacifique Nord à 90 rorquals boréaux, 25 rorquals de Bryde et 102 baleines de Minke.

Un précédent groupe d'experts réuni par la CBI avait passé en revue JARPNII et avait relevé l'absence de justification scientifique sur la relation entre le nombre de baleines tuées dans le Pacifique Nord et de quelconques objectifs de recherche quantifiables. Le programme JARPNII devrait être réévalué par un nouveau groupe d'experts en 2016.

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling (IFAW UK)
Contact phone:
+44 (0)20 7587 6708
Contact portable :
+44 (0)7917 507717
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Vice-président pour la conservation et la protection animale
Vice-président pour la conservation et la protection animale
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Sonja Van Tichelen, Vice-présidente des Opérations internationales
Vice-présidente des Opérations internationales
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage