De nouveaux colliers GPS pour comprendre les migrations des éléphants d’Amboseli

IFAW s’apprête à équiper six autres éléphants de colliers GPS en partenariat avec le KWS afin d’obtenir davantage d’informations sur les habitudes et la répartition des éléphants dans cet écosystème évoluant à grande vitesse.Les opérations auront lieu dans les terres reculées du Kenya et de la Tanzanie, qui abritent la population d’éléphants la plus célèbre et la plus étudiée au monde. Ces éléphants peuplent notamment le parc national d’Amboseli, une destination sauvage très prisée des touristes.

Si le parc est impénétrable, les terres alentour, où s’étendent des corridors et des aires de dispersion importantes pour les éléphants, peuvent quant à elles devenir très inhospitalières pour les espèces sauvages en raison de l’activité humaine qui marque de plus en plus le paysage d’Amboseli.

Pour cette raison, IFAW (Fonds international pour la protection des animaux) a mis en place en 2012 un projet de recherche par collier GPS et a décidé d’utiliser des techniques scientifiques pour obtenir des données solides et concrètes sur les besoins des éléphants en termes d’habitat. Un an plus tard, 12 éléphants étaient équipés de colliers.

Les informations que nous avons recueillies grâce aux colliers ont été partagées avec des représentants du gouvernement, des hommes politiques et des propriétaires terriens pour demander que plus d’espace soit réservé aux éléphants.

Malgré une recherche ponctuée d’imprévus, les données recueillies ont révélé que les éléphants se déplacent :

  • vers le nord, au-delà de l’autoroute de Mombasa,
  • vers l’ouest, de l’escarpement Nguruman aux Loita hills Masaï Mara,
  • vers l’est, jusqu’aux parcs nationaux de Chyulu Hills et de Tsavo West, et
  • vers le sud, jusqu’à l’ouest du Kilimandjaro en Tanzanie.

Les colliers ont permis aux scientifiques de suivre les déplacements de 12 éléphants au sein de l’écosystème d’Amboseli. Nous poserons six autres colliers dès cette semaine pour obtenir davantage de résultats.

IFAW milite en outre auprès des communautés locales pour les convaincre qu’une meilleure planification de l’utilisation des terres et le recours au zonage permettront à la fois de subvenir aux besoins des animaux sauvages, de nourrir le bétail et de développer les activités humaines et l’agriculture. La planification est la meilleure manière d’apaiser le conflit entre les hommes et les animaux sauvages.

IFAW s’apprête aujourd’hui à équiper six autres éléphants de colliers GPS en partenariat avec le KWS afin d’obtenir davantage d’informations sur les habitudes et la répartition des éléphants dans cet écosystème évoluant à grande vitesse. Azzedine Downes, Directeur général d’IFAW, se rendra au Kenya à cette occasion.

Les chercheurs continueront par ailleurs à partager les données avec les décideurs politiques afin que la cohésion de tout l’écosystème d’Amboseli soit conservée.

Depuis le début des recherches en 2012, IFAW est intervenu à plusieurs reprises dans le cadre de son projet Amboseli pour sécuriser le corridor de Kitenden qui relie Amboseli au parc national du Kilimandjaro, en vue de le transformer en projet de conservation entièrement opérationnel.

Pour atteindre cet objectif, IFAW a décidé d’adopter une approche globale et innovante, qui consiste notamment à demander aux propriétaires Masaï de prêter leurs terres pour protéger le corridor en échange de revenus, former les chefs de village aux techniques de lutte contre la fraude et à la prévention des conflits humains-animaux, fournir des bourses d’étude aux enfants défavorisés, résoudre les problèmes d’accès à l’eau et mettre en place des structures de gouvernance et de réglementation pour instaurer des partenariats avec les agences de tourisme.

IFAW pense que cette approche avantageuse pour tous permettra d’offrir davantage d’espaces protégés aux éléphants tout en permettant aux habitants de l’écosystème d’Amboseli de développer leurs activités comme ils l’entendent.

Nous sommes également convaincus que la planification de l’utilisation des terres et le zonage permettront aux hommes et aux animaux de vivre en harmonie au sein d’un écosystème digne du XXIe siècle.

Steeve Njumbi 

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jimmiel Mandima d'IFAW
Vice-président adjoint à la conservation
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique