Arrestation d'un trafiquant d'ivoire zambien grâce à l'Unité d'enquête sur les crimes contre les animaux sauvages

Un chargement d'ivoire provenant de cinq éléphants différents qui devait passer en contrebande entre la Zambie et le Malawi a été récupéré par l'Unité d'enquête sur les crimes contre les animaux sauvages d'IFAW, grâce à son réseau d'informateurs sous couverture.Un jeune citoyen zambien a été arrêté après avoir tenté de faire passer de l'ivoire de contrebande entre la Zambie et le Malawi. L'arrestation a eu lieu le 10 mai, suite à une piste découverte par l'Unité d'enquête sur les crimes contre les animaux (WCIU) qui intervient en Zambie et au Malawi.

La WCIU a été créée conjointement par le département des parcs nationaux et de la faune sauvage du Malawi (DNPW) et les services de police du pays (MPS). Elle a mis en place un réseau d'informateurs vaste et fiable dans toute la Zambie et dans tout le Malawi qui prévient les agents en cas d'activité de commerce illégal. Grâce à un informateur, les agents ont pu arrêter le trafiquant à 15 kilomètres de la frontière, dans la commune de Mchinji où il cherchait des acheteurs potentiels.

Les 27 kilos d'ivoire de contrebande correspondent au massacre de cinq éléphants, une perte tragique et absurde pour la faune sauvage zambienne.

IFAW et une organisation partenaire, le Lilongwe Wildlife Trust, soutiennent la WCIU.

Les produits issus d'animaux sauvages et provenant des quatre coins de l'Afrique inondent la frontière du Malawi dans des proportions épidémiques.

Rien que pour 2017, c'est la 37ème arrestation par le WCIU. En réponse à cette situation de crise, IFAW a investi ses ressources afin de mener des opérations et des enquêtes transfrontalières, de former des écogardes en Zambie et au Malawi et de créer un réseau d'informateurs fiable ainsi qu'une équipe incorruptible chargée de faire appliquer la loi.

IFAW travaille également à l'alourdissement des sanctions contre les braconniers, les revendeurs et les trafiquants d'animaux sauvages menacés, dans le but de faire changer la culture du « risque faible, rendement élevé » de ce commerce. Le suspect a été présenté aux juges le 18 mai et l'inspecteur en chef a apporté les preuves du trafic.

La remise en liberté sous caution a été refusée et le verdict doit être annoncé demain. Sa peine lui sera annoncée avec trois autres trafiquants arrêtés par la WCIU en début de mois. Je suis persuadé que les accusés, qui a eux quatre sont responsables du massacre cruel de 11 éléphants, seront condamnés à une peine d'au moins quatre ou cinq ans de prison chacun.

De telles condamnations vont à l'encontre de ce qu'on a pu voir auparavant dans des dossiers de ce type. Il était fréquent que les braconniers, les revendeurs et les trafiquants échappent aux poursuites ou reçoivent seulement une amende. C'est une victoire importante pour IFAW et la WCIU ainsi que la preuve que le Malawi, grâce à la présence constante de cette unité, reconnaît désormais que le braconnage et le trafic sont des crimes graves. Ce n'est surtout que justice pour les vies gâchées des 11 éléphants victimes du commerce illégal d'animaux sauvages.

Mike Labuschagne

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique