860 kilos d’ivoire et 2 tonnes d’écailles de pangolin saisis au Vietnam, 110 kilos d’ivoire saisis à l’aéroport d’Heathrow

 860 kilos d’ivoire et 2 tonnes d’écailles de pangolin saisis au Vietnam,  110 k
Mardi, 24 Novembre, 2015
Le Cap, Afrique du Sud

Dimanche dernier, les autorités vietnamiennes ont saisi près d’une tonne de défenses d’éléphants, portant à près de cinq tonnes le poids total d’ivoire saisi dans le pays depuis le mois d’août 2015. Deux tonnes d’écailles de pangolin ont également été confisquées au cours de la même opération.

La cargaison a été interceptée par les douaniers de la province de Quảng Ninh, au nord du pays, alors que les trafiquants tentaient de l’importer clandestinement. La marchandise avait été dissimulée dans 1 300 boîtes de têtes de poisson surgelées.

C’est la quatrième prise de cette ampleur dans le pays depuis le 12 août 2015. Ce jour-là, 603 kilos d’ivoire avaient été saisis à Da Nang sur un bateau en provenance du Mozambique, suivis quelques temps plus tard par deux autres cargaisons (respectivement 2,3 tonnes et 1 tonne) interceptées dans la même ville.

Au total, les médias font état de 4, 859 tonnes d’ivoire saisies au Vietnam depuis le mois d’août. IFAW (Fonds international pour la protection des animaux) se réjouit de la fermeté dont fait preuve le Vietnam dans la lutte contre le trafic d’ivoire et de produits dérivés d’animaux sauvages, mais rappelle aux gouvernements que les saisies ne suffisent pas à mettre fin au trafic.

« Les saisies d’ivoire sont toujours une bonne nouvelle dans le combat que nous menons contre le braconnage et le commerce illicite parce qu’elles sont le signe d’une meilleure application des lois. Cependant, elles ne sont que la partie émergée d’une situation tragique qui voit mourir jusqu’à 50 000 éléphants par an et ne montre aucun signe de ralentissement », s’inquiète Kelvin Alie, directeur du programme Commerce d’espèces sauvages d’IFAW. D’après les chiffres de l’UICN, les populations d’éléphants d’Afrique avoisinent aujourd’hui les 470 000 individus, contre 550 000 en 2006.

Et d’ajouter : « Malheureusement, ces saisies ne font que souligner l’envergure du problème. Si nous voulons sauver les éléphants, nous devons nous attaquer à tous les maillons de la chaîne du trafic de l’ivoire, autrement dit : mettre fin au massacre, arrêter le trafic et annihiler la demande. »

Or hier, les douanes britanniques faisaient également part d’une vaste opération qui s’est soldée par la saisie de 110 kilos d’ivoire, retrouvés dans des bagages abandonnés à l’aéroport de Londres-Heathrow et arrivés le 14 octobre dernier d’Angola.

Philip Mansbridge, Directeur d’IFAW Royaume-Uni, s’est exprimé à cette occasion : « Je félicite les agents de la Border Force pour leur remarquable travail lors de cette opération. Cet ivoire est le fruit du massacre de plusieurs éléphants et nous ramène à la dure réalité : un éléphant est abattu toutes les 15 minutes en moyenne pour son ivoire en Afrique. »

Selon Kelvin Alie, « pour faire cesser le braconnage des éléphants et le trafic d’ivoire, les gouvernements doivent absolument coopérer avec des agences telles qu’INTERPOL et avec les services de police d’autres pays. Ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront localiser ceux qui tirent les ficelles de ces activités criminelles transnationales et allouer les ressources nécessaires au démantèlement de ces réseaux qui tirent profit du trafic de l’ivoire. »

La criminalité contre les espèces sauvages compte parmi les activités criminelles les plus graves, dangereuses et néfastes au monde. Figurant à la quatrième place des activités illicites les plus lucratives au monde derrière le trafic de drogues, d’êtres humains, et de contrefaçon, le trafic d’espèces sauvages brasse environ 19 millions de dollars (17.5 milliards d’euros) par an.

La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, en particulier à la Chine, où cet « or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que support d'investissement. La quantité limitée d'ivoire légal acheté par la Chine lors de la vente de stocks de certains pays d'Afrique australe en 2008 a fait exploser la demande, encourageant ainsi le trafic de l'ivoire et le braconnage des éléphants pour répondre aux besoins du marché.

À ce jour, plus de 2 800 personnes ont participé aux formations d’IFAW sur la prévention du trafic d’animaux sauvages au cours des 81 ateliers conduits dans 38 pays. Un grand nombre de ces ateliers ont été organisés en partenariat avec INTERPOL.

Note aux rédacteurs:

Des photos de l’ivoire saisi sont disponibles sur  www.ifawimages.com après enregistrement et demande auprès de Julie Matondo jmatondo@ifaw.org

 

Dans son rapport la Nature du crime, préfacé par Nicolas Hulot, Envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète, et Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, IFAW rappelle la menace que représente le trafic pour les animaux tels que l’éléphant, le rhinocéros mais aussi pour les êtres humains.

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW SA)
Contact phone:
+27 82 330 2558
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la
Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la Philanthropie