À VOIR : Observez les oursons de près grâce au «biberon-caméra»

Pour le moment, 16 oursons ont élu domicile au Centre de sauvetage des ours orphelins d’IFAW en Russie, jusqu'à leur retour à la vie sauvage en automne prochain.

Faites la connaissance de ces petites boules de poil pleines d'énergie :

1. Karel

Arrivé le 10 février à l’âge d’un mois et quelques jours, cet ourson est le plus ancien pensionnaire. À son arrivée, ses yeux et ses oreilles étaient déjà ouverts et il pesait 1,9 kg. Karel est originaire de la République de Carélie (nord-ouest de la Russie). Il a été recueilli par un père et son fils alors qu'ils se promenaient dans la forêt avec leurs chiens. Intrigué par un son qui lui semblait provenir d'un oiseau, le petit garçon s'était écarté du chemin pour aller voir de plus près. Il est alors tombé nez à nez avec un ours et s'est mis à crier de peur. Ses chiens ont aussitôt accouru, effrayant l'ours qui a pris la fuite en laissant derrière lui un petit ourson. Le père du garçon a ordonné à son fils de protéger l’ourson des chiens qui s'approchaient et le garçon s'est alors instinctivement jeté sur la créature pour faire bouclier avec son corps. Quelques heures plus tard, les deux promeneurs ont prévenu IFAW.

2. Mishka, 3. Tisha, et 4. Sasha

Trois oursons mâles, issus de la même fratrie, sont arrivés le 22 février de l'oblast de Kostroma. Sans le vouloir, des bûcherons ont effrayé la mère qui s'est enfuie de sa tanière. Heureusement, cette nuit-là, la température avoisinait 0 °C, si bien que les petits ont pu survivre sans leur mère. Deux jours plus tard, nos équipes sont venues les récupérer. Les oursons étaient plus grands que le premier et plus vieux de 2 à 3 semaines. Ils étaient tous en bonne santé, à l'exception de l'un d'entre eux qui avait contracté une petite toux à cause du froid. Il a reçu des antibiotiques et s'est rapidement rétabli.

5. Vinnie 6. Pooh et 7. Pyatachok

Ces trois petits sont arrivés le 1er mars de l'oblast de Tver. Un garde forestier examinait des parcelles de forêt en vue de leur abattage lorsqu'il est tombé dans une tanière recouverte de poudreuse. La mère des oursons a pris peur et s'est enfuie, laissant derrière elle sa progéniture. Le garde forestier n'a pas touché aux oursons en espérant que la mère reviendrait, mais a tout de même fait appel à nos spécialistes pour obtenir leur avis. D’expérience, nous savons que les ourses ne se risquent pas à retourner récupérer leurs petits en pareille situation ; nous lui avons donc conseillé de recueillir les oursons au plus vite, car ceux-ci risquaient de mourir de froid. Les trois frères sont arrivés au refuge âgés d'environ six semaines et pesaient respectivement 3,1, 2,6 et 2 kg. Les deux oursons les plus gros ont commencé à manger dès le deuxième jour, tandis que le plus chétif ne s'y est mis qu'à partir du troisième jour et a dû être réhydraté par voie orale et sous-cutanée pendant les deux premiers jours.

8. Masha et 9. Misha

Ces deux oursons nous sont parvenus le 11 mars de l'oblast d'Arkhangelsk. À la fin du mois de février, le bruit d'une tête d'abattage a effrayé une ourse qui s'est enfuie de sa tanière. Au bout d’un certain temps, les bûcherons qui travaillaient sur cette parcelle ont entendu des gémissements et ont trouvé trois petits oursons dans la tanière, l'un d'eux étant malheureusement déjà mort. Une famille de la région a accepté de les prendre sous son aile pendant deux semaines avant de nous les confier. Les oursons ont été baptisés d'après les membres de la famille qui les ont recueillis et qui ont pris soin d'eux. Lorsque les oursons sont arrivés au centre, ils étaient faibles et plus petits que les autres pensionnaires, mais ils ne tarderont pas à les rattraper !

10. Misha Melnikov

Cet ourson provient de l'oblast de Léningrad. Il est arrivé le 29 mars et a été recueilli dans sa tanière après avoir été abandonné par sa mère, effrayée par des bûcherons. Son nom de famille, Melnikov, le distingue de ses deux compagnons du centre, eux aussi prénommés Misha. Dans le folklore russe, les ours sont couramment appelés Misha, Mishka ou Mikhail, ce qui explique pourquoi beaucoup d'oursons que nous recueillons s'appellent Misha.

11. Margo et 12. Vassili

Cet ourson et sa sœur sont arrivés le 6 avril de l'oblast de Pskov. Affolée par les bruits d'engins près de sa tanière, la mère a pris la fuite, abandonnant ses petits. Livrés à eux-mêmes pendant deux jours, les oursons ont réussi à survivre car les conditions météorologiques étaient clémentes. Comme ils avaient déjà passé plusieurs mois en compagnie de leur mère, le frère et la sœur se montraient assez sauvages et évitaient les êtres humains. Ils ont commencé à manger dans des gamelles et ont été placés en quarantaine dès leur premier repas.

13. Permyak

Cet ourson nous a été confié le 19 avril et vient de la ville de Perm. Nous ne savons pas vraiment comment il s’est retrouvé là-bas. La propriétaire d'un hôtel local l'a retrouvé errant dans les parages et l'a pris sous son aile, mais elle était si fatiguée qu'elle pensait s’en défaire. Un dresseur de cirque a alors manifesté son intérêt pour récupérer l'ourson afin de faire de lui un « artiste », mais un groupe de militants pour la défense des animaux s'y est fermement opposé et l'ourson a finalement été confié au centre. Comme il a passé du temps avec sa mère après avoir quitté leur tanière début mars, l'ourson a moins de chances de causer des dégâts en s’aventurant trop près des populations humaines après sa remise en liberté. Plus ils sont sauvages, mieux c'est !

14. Victoria

Cette oursonne vient tout droit de Moscou ! Lorsqu'elle a été aperçue, elle était perchée sur les branches d'un arbre dans la région de Moscou le 5 mai. Dès lors, les autorités moscovites ont décidé de venir au secours de cette oursonne et ont donc fourni tous les permis et papiers nécessaires pour organiser le transport de l'animal et son relogement dans les plus brefs délais.

15. Varya et 16. Wall-E

Ces deux oursons mâle et femelle viennent du district de Velikoluksky dans l'oblast de Pskov. Après avoir perdu leur mère, les oursons affamés ont vaincu leur peur des humains et se sont retrouvés dans le village de Demidovo. Une fois au centre, nous les avons mis en quarantaine pour les séparer de leurs nouveaux camarades. Comme ils avaient vécu assez longtemps avec leur mère après avoir quitté la tanière, ils se montrent très sauvages envers les humains. Nous ne pensons pas les mêler aux autres oursons du centre car nous souhaitons préserver leur nature sauvage. Ils seront d'ailleurs probablement relâchés en douceur avant les autres.

EN LIEN : À VOIR : Des oursons sauvés recouvrent la liberté en Russie

Dr Maria Vorontsova

Apprenez-en plus sur les projets d’IFAW pour protéger les ours de Russie.

Post a comment

Nos experts

Conseiller principal en matière de programmes
Conseiller principal en matière de programmes
Brian Sharp, Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Vétérinaire, Docteur
Vétérinaire, Docteur
Katie Moore, Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Loïs Lelanchon, Chargé du programme Sauvetage des animaux
Chargé du programme Sauvetage des animaux
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence
Valeria Ruoppolo, Vétérinaire d’IFAW
Vétérinaire d’IFAW
Vivek Menon, Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la
Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la Philanthropie