IFAW participe à la recherche de solutions aux problèmes suivants :

Nous travaillons de concert avec les chercheurs en océanographie, mais aussi aux côtés des communautés locales et des industriels de la pêche afin de réduire ces risques.

La pollution acoustique des océans

Une véritable cacophonie de sons artificiels perturbe la quiétude des fonds marins où vivent les cétacés, si bien que les baleines ont du mal à communiquer, à s’accoupler et à s’alimenter. Dans certains cas, elles ne parviennent pas à détecter les navires, ce qui provoque des collisions accidentelles, l’une des principales causes de mortalité des baleines franches à travers le monde.

IFAW a lancé de nombreuses initiatives afin d’enrayer la pollution sonore des océans :

Un comité d’étude scientifique indépendant regroupant plusieurs représentants d’IFAW a conclu en 2013 que l’échouage massif d’une centaine de dauphins d'Électre survenu cinq ans auparavant à Madagascar était en majeure partie imputable à l’utilisation d’un échosondeur à bord d’un navire hydrographique. Peu après la publication de cette conclusion, le Parlement européen a décidé de soumettre toute exploration sismique sous-marine à une étude d’impact environnemental, ce qui représente une avancée significative dans la réduction de la pollution sonore des fonds marins.

En 2013, de nouvelles données acoustiques issues du Programme de recherche sur la bioacoustique de l’université de Cornell, financé par Oceana et IFAW, ont montré que les baleines franches de l’Atlantique Nord menacées d’extinction et évoluant au large des côtes de la Virginie se trouvaient dans le périmètre d’un projet d’exploration par canons à air sismiques. Cette analyse a de quoi inquiéter à l’heure où le gouvernement américain envisage d’utiliser les canons à air à des fins de prospection de pétrole et de gaz naturel sous le lit de l’océan dans une zone allant du Delaware jusqu’à la Floride.

Collisions avec les bateaux

IFAW milite pour la mise en œuvre d'une législation destinée à ralentir le trafic maritime, met en place des programmes de sensibilisation et conçoit des technologies permettant aux marins de naviguer en toute sécurité dans les eaux peuplées de baleines.

  • La Ship Strike Rule (règle visant à réduire le nombre de collisions avec les navires) impose une limite de vitesse de 10 nœuds pour les navires de 20 mètres et plus à certains endroits et à certaines périodes de l'année le long de la côte est des États-Unis. Grâce notamment à la campagne d'IFAW, le gouvernement américain a annoncé, quelques heures avant la date d'expiration prévue de la règle en décembre 2013, que celle-ci continuerait finalement de s'appliquer.
  • IFAW a lancé « Whale Alert », une application pour iPad et iPhone notifiant les marins dès qu’ils sont susceptibles de croiser une espèce spécifique de baleines dans les parages, ce qui leur permet de ralentir afin d’éviter une collision, conformément à la réglementation en vigueur.
  • IFAW et bon nombre d’autres organisations ont demandé l'instauration d'une limitation de vitesse pour les bateaux naviguant autour de la Nouvelle-Zélande. Ainsi, en septembre 2013, la société Ports of Auckland Limited a mis en place un nouveau protocole afin d'inciter les bateaux à ralentir lorsqu'ils entrent et sortent des ports du golfe de Hauraki, où vit une petite population de baleines de Bryde.
  • Au Sri Lanka, IFAW et ses partenaires recueillent et analysent des informations sur la densité des populations de baleines présentes sur les voies de navigation, à proximité et au large des côtes. Ces informations serviront à évaluer les dangers et à modifier si besoin les voies de navigation en vue d’atténuer les risques de collision avec des baleines bleues menacées d'extinction.
  • En Australie, notre programme baptisé « Watch Out, Whales About » (Attention, baleines à proximité) a pour but d'initier les marins, quel que soit le type de bâteau, à une navigation sans danger pour les baleines et les dauphins vivant dans l'océan.

Enchevêtrement dans le matériel de pêche

Les pêcheurs commerciaux du monde entier utilisent des filets, des lignes et d'autres équipements pour récolter leurs prises, et il arrive que des baleines, des dauphins et des marsouins se retrouvent pris au piège. Les filets perdus ou abandonnés représentent une menace particulièrement dangereuse pour les baleines en migration. Bien qu'involontaire et accidentelle, cette menace s'avère parfois mortelle.

IFAW soutient les initiatives suivantes :

  • Quotas de prises basés sur des études scientifiques afin d’optimiser l'efficacité, la productivité et les bénéfices tout en minimisant les menaces involontaires et les « prises collatérales » d'espèces marines ;
  • Promotion de matériels de pêche innovants comme les lignes plongeantes ou à flottabilité neutre afin de limiter et de prévenir l’enchevêtrement ;
  • Interventions d'experts pour libérer les baleines prises dans les filets et lignes de pêche.

Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ici.

Faire un don
Notre travail dépend de votre générosité. Donnez ce que vous pouvez pour aider les animaux.

Notre travail dépend de votre générosité. Donnez ce que vous pouvez pour aider les animaux.

Faire un don

Notre travail dépend de votre générosité. Donnez ce que vous pouvez pour aider les animaux.

D'autres moyens de faire un don