Réhabiliter les chimpanzés en Ouganda

Le chasseur s'enfonce profondément dans la forêt le long de la route tracée par une société forestière multinationale. Il aperçoit sa proie, tire, et une femelle chimpanzé adulte s'abat au sol. Il va la dépecer et la vendre au plus offrant : encore une victime du lucratif commerce de la viande de brousse. Le chasseur s'emparera également du bébé chimpanzé orphelin qui s'accroche au cadavre de sa mère pour le vendre illégalement comme animal de compagnie « exotique ».

Cette tragédie se répète jour après jour en Afrique centrale et occidentale. Le commerce de viande de brousse est florissant, la demande en animaux exotiques n'a jamais été aussi importante, et le temps est compté pour les derniers grands primates.

Le sanctuaire pour chimpanzés de Ngamba Island en Ouganda a été créé en 1998 pour offrir aux chimpanzés orphelins un refuge sûr et mettre en œuvre une approche globale de la conservation des chimpanzés, allant de projets de retrait des pièges et de programmes éducatifs aux initiatives d'écotourisme et d'habituation des chimpanzés.

Le sanctuaire de Ngamba Island est géré par le Chimpanzee Sanctuary and Wildlife Conservation Trust (CSWCT), un partenariat entre six organisations consacrées au bien-être et à la protection des espèces sauvages : IFAW, le Jane Goodall Institute, l'UWEC, l'UWA, l'UWS, et ECOTRUST.

Actuellement occupé par 47 chimpanzés orphelins, le sanctuaire de Ngamba Island est établi sur une île ougandaise inhabitée d'environ 40 hectares, couverte d'une dense forêt. Elle se situe sur la ligne de l'équateur dans la partie nord du lac Victoria, à 23 km d'Entebbe. Par rapport à la plupart des sanctuaires d'animaux sauvages, cette île est d'une grande taille et offre un environnement sûr et largement naturel aux chimpanzés.

Les derniers membres de la famille chimpanzé de Ngamba sont quatre bébés chimpanzés (Cocoa, Minni, Sarah et Medina) secourus au Sud-Soudan, nation ayant récemment accédé à l'indépendance. Ces quatre femelles sont orphelines à cause du commerce de viande de brousse et on pense qu'elles ont été introduites en contrebande au Sud-Soudan depuis la République démocratique du Congo.

Le CSWCT gère le sanctuaire, coordonne de nombreux projets connexes et complémentaires, et couvre virtuellement tous les aspects de la conservation des chimpanzés, notamment les projets d'éducation et de sensibilisation, le recensement des populations sauvages et l'écotourisme.

En 2010, il a continué à améliorer et à perfectionner l'équipement du sanctuaire. Un nouveau compartiment a été ajouté au bâtiment des chimpanzés pour leur donner plus de place. Un nouveau corridor a été ouvert pour les chimpanzés depuis le bâtiment jusqu'à la forêt et un congélateur alimenté par énergie solaire a été acquis pour stocker du sang et autres échantillons à la clinique vétérinaire. Des fonds d'IFAW ont récemment servi à acheter l'un des deux nouveaux bateaux qui assurent avec rapidité les transports vitaux entre l'île et le continent.

Bien que les chimpanzés soient protégés par la Convention des Nations Unies sur le commerce international des espèces menacées (CITES), la loi ougandaise et d'autres législations nationales, ils restent gravement menacés par le braconnage qui alimente le commerce d'animaux de compagnie exotiques et de viande de brousse, par les exploitations forestières en expansion et les activités agricoles.