Une nouvelle application mobile pour soutenir la protection des baleines et le tourisme responsable en Islande

Une nouvelle application mobile pour soutenir la protection des baleines
Jeudi, 28 Mai, 2015
Reykjavik, Iceland

Une nouvelle application visant à favoriser un tourisme plus respectueux des baleines en Islande vient de voir le jour.

L'application gratuite Whappy, dont le lancement a été officialisé aujourd'hui à Reykjavik par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), contient des informations sur les restaurants qui se sont engagés à ne pas servir de viande de baleine, sur les agences d'observation des baleines et sur les souvenirs à l'effigie des baleines, ainsi qu'un guide permettant d'identifier les baleines et les dauphins qui sillonnent les eaux islandaises.

IFAW s'oppose à la chasse commerciale à la baleine, une pratique fondamentalement cruelle et inhumaine. IFAW soutient en revanche l'observation responsable des baleines car elle est plus durable et plus profitable pour les baleines et pour les communautés côtières.

Sigursteinn Masson, le représentant islandais d'IFAW, déclare : « Cette application est un nouveau moyen d'informer les touristes qui visitent notre magnifique pays des possibilités d'observation des baleines, mais elle peut aussi les aider à prendre les bonnes décisions au restaurant pour que leur voyage ne leur laisse pas un goût amer en apprenant trop tard à quoi ils ont participé. »

« Les touristes ne sont pas toujours conscients de la contradiction qui existe entre observation des baleines et consommation de viande de baleines. Les Islandais étant peu friands de viande de baleines, la consommation touristique dans les restaurants a un impact direct sur le nombre de baleines tuées. »

En collaboration avec IceWhale, une coalition islandaise d'opérateurs d'observation des baleines, IFAW organise une campagne estivale en Islande avec l'aide de bénévoles baptisée 'Meet Us Don't Eat Us !' (« Venez à notre rencontre, ne nous mangez pas ! ») afin d'informer les touristes de la réalité de la chasse et de la consommation de viande de baleine. Ce projet a été créé en 2010 à l'issue d'un constat : seule une petite fraction des Islandais affirment manger régulièrement de la viande de baleines (3 % selon le dernier sondage Gallup*), et les touristes représentent donc une part considérable de la consommation de viande de baleine de Minke en Islande.

En 2010, la viande de baleine était servie par quasiment tous les restaurants du centre-ville de Reykjavik. Le nombre de touristes déclarant avoir goûté à la viande de baleine a diminué de plus de moitié au cours des cinq dernières années, passant de 40 % en 2009 à 18 % en 2014. En outre, l'initiative des « restaurants amis des baleines » a permis de faire en sorte que la viande de baleine se retrouve exclue de la carte de plus de 50 % des restaurants. Ceux-ci se sont engagés à ne pas en servir et ont apposé un autocollant de soutien aux baleines sur leur vitrine.

Masson ajoute : « Nous espérons que les touristes et les opérateurs touristiques utiliseront notre application Whappy pour le plaisir de tous. L'Islande est l'une des meilleures destinations en Europe pour s'adonner à l'observation des baleines et des dauphins. »

L'observation des baleines est l'une des principales attractions touristiques en Islande. Elle attire environ 200 000 touristes et génère quelque 14 millions d'euros chaque année, prouvant ainsi que les baleines sont bien plus bénéfiques à l'économie islandaise lorsqu'elles sont en vie.

La saison 2015 de la chasse à la baleine de Minke a commencé et aurait déjà fait deux victimes selon des rapports non confirmés, en dépit d'un retard d'ouverture à cause d'une grève des vétérinaires censés inspecter les prises. La chasse au rorqual commun, dont la production est essentiellement destinée à l'exportation vers le Japon, devrait commencer le 15 juin prochain.

L'Islande fixe ses propres quotas de chasse et a ainsi autorisé les baleiniers à harponner 229 baleines de Minke cet été. Le quota de l'an dernier, fixé à 239, n'avait pas été atteint : seulement 24 baleines, soit 10 % de la limite fixée, avaient été tuées. Pour le rorqual commun, le quota a été fixé cette année à 154 prises. L'année dernière, les baleiniers avaient tué 137 rorquals communs, une espèce pourtant menacée.

Pour en savoir plus sur Whappy et pour télécharger l'application, rendez-vous sur notre page

 

* Un échantillon de 1 450 personnes de plus de 18 ans et résidant en Islande a été sondé via Internet sur leurs positions vis-à-vis de la chasse à la baleine. Le sondage a été conduit par Capacent Gallup en octobre 2013.

Notes aux rédacteurs :

Le conseil municipal de Reykjavik a récemment adopté une résolution non partisane enjoignant le ministre de la Pêche à élargir le sanctuaire pour les baleines dans la baie de Faxaflói. IFAW soutient cette résolution et appelle le gouvernement islandais à mettre définitivement fin à la chasse commerciale à la baleine.

Kristjan Loftsson, le seul chasseur de baleines d'Islande, essaie de faire sortir du pays environ 1 700 tonnes de viande de rorqual commun. Malgré la faible demande et les mouvements de protestation qui s'élèvent dans son pays et à l'étranger contre le commerce cruel d'espèces de baleines en danger, il semblerait que la totalité du stock de viande de rorqual commun pêchée l'été dernier ait été chargée à bord d'un cargo à destination probable du Japon.

D'après les médias islandais, le navire Winter Bay, immatriculé à Saint-Christophe-et-Niévès, a jeté l'ancre dans le port de Hafnarfjörður depuis plusieurs semaines, immobilisé en raison d'important problèmes techniques.

L'année dernière, le navire Alma avait effectué le même voyage que son homologue, avec à son bord 2 000 tonnes de viande de baleine à destination du Japon. Le navire était passé par le Cap de Bonne-Espérance, faisant un détour pour éviter la Méditerranée et le Canal de Suez. Le but était d'éviter d'avoir à faire escale dans les ports de la région comme l'avaient fait les cargos précédents, qui s'étaient vus obligés de rapatrier leur cargaison de viande de baleine en raison des refus systématiques des autorités portuaires internationales.

En septembre dernier, les 28 États membres de l'Union européenne ont pris la tête d'une coalition incluant les États-Unis, l'Australie, le Brésil, Israël et la Nouvelle-Zélande dans le cadre d'une démarche politique visant à affirmer leur « opposition ferme à la poursuite et à l'intensification de la chasse à la baleine de l'Islande [...] et à la conduite de son commerce international de produits issus de baleines. »

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling (IFAW,UK)
Contact phone:
+44 (0)20 7587 6708
Contact portable :
+44 (0)7917 507717
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine