Malawi : de nouvelles ressources pour financer la lutte contre le trafic d’espèces sauvages

Malawi : de nouvelles ressources pour financer la lutte contre le trafic d’espèc
Mardi, 15 Mars, 2016
Le Cap, Afrique du Sud

La lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages en Afrique australe a pris un nouveau tournant au Malawi grâce à une initiative soutenue à hauteur de plusieurs millions de Rand par le fonds britannique IWT Challenge Fund.

Le Malawi est devenu un point chaud du trafic d’ivoire, notamment du fait de sa proximité avec certains pays particulièrement touchés par le braconnage : la Tanzanie, le Mozambique et la Zambie. Ce petit pays d’Afrique australe s’est ainsi retrouvé au cœur de certaines des plus grandes saisies d’ivoire de l’histoire, notamment la confiscation exceptionnelle à Singapour en 2002 d’une cargaison de 6,5 tonnes d’ivoire expédiée depuis Lilongwe, la capitale du pays, ou encore la saisie de 2,6 tonnes d’ivoire à Mzuzu en 2013.

Le gouvernement britannique s’est engagé à lever près de 300 000 livres pour financer des projets visant à lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages au Malawi, notamment la création d’une Unité d’enquête dédiée à cette forme de crime (Wildlife Crime Investigations Unit, WCIU), unique en son genre dans le pays.

En partenariat avec le département des Parcs nationaux et de la Faune sauvage du Malawi (DNPW), IFAW (Fonds pour la protection des animaux) et le Lilongwe Wildlife Trust, cette unité promeut une approche multi-agences pour que les forces de l’ordre puissent intervenir plus rapidement et efficacement dans les affaires de criminalité en matière d’espèces sauvages, notamment celles impliquant le trafic d’ivoire et les éléphants, le tout sous la supervision du DNPW.

L’unité cherchera à favoriser le développement de sources de revenus durables pour les communautés concernées par le trafic d’espèces sauvages via l’introduction de Réseaux communautaires d’application des lois et viendra également renforcer les dispositifs policiers et judiciaires du Malawi.

« Nous sommes ravis que le Malawi puisse bénéficier d’un soutien financier pour ce projet prioritaire », explique Brighton Kumchedwa, Directeur du DNPW.

« Ces financements seront une aide précieuse dans la lutte contre le trafic d’espèces sauvages et le braconnage auquel fait face le pays. Au nom du gouvernement du Malawi, j’aimerais exprimer ma reconnaissance à l’IWT Challenge Fund pour cette bourse, et à l’ambassade du Royaume-Uni pour son soutien. Nous avons hâte de pouvoir travailler avec nos ONG partenaires, IFAW et le Lilongwe Wildlife Trust, pour mettre en œuvre cette approche. »

Michael Nevin, Ambassadeur du Royaume-Uni, ajoute : « Grâce au soutien de l’ambassade britannique et d’autres partenaires, le Malawi s’attire les éloges par son approche progressiste louable dans la lutte contre la criminalité qui cible les espèces sauvages. Il est important de pouvoir travailler collectivement et à l’échelle régionale pour éviter que le Malawi et ses voisins ne servent de zones de transit pour cette activité criminelle dévastatrice. Nous espérons également que ce financement affermira la volonté du Malawi de résoudre des problèmes tels que la corruption et le manque de d’expertise, de mettre à niveau son cadre législatif et de travailler main dans la main avec ses communautés afin de s’imposer comme un modèle dans la région. »

Jason Bell, Directeur Afrique australe d’IFAW, rappelle que la criminalité liée aux espèces sauvages est classée parmi les crimes les plus graves, dangereux et néfastes au monde, au même titre que la traite d’êtres humains, le trafic de drogues et le trafic d’armes.

« Grâce à l’aide offerte par le gouvernement britannique à travers l’IWT Challenge Fund, le Malawi a les moyens de prendre des mesures déterminantes pour mettre un terme au trafic d’espèces sauvages. »

« Les pays comme le Malawi ne pourront mettre un terme au braconnage des éléphants et au commerce illégal d’espèces sauvages sans coopérer avec les autres gouvernements, les agences de police internationales et des ONG comme la nôtre », poursuit M. Bell.

Jonathan Vaughan, Directeur exécutif du Lilongwe Wildlife Trust, déclare : « L’ampleur et la professionnalisation du trafic d’espèces sauvages ont connu un essor significatif au cours des dernières années, si bien que ce trafic est désormais sous la coupe du crime organisé. Le Malawi a récemment été identifié comme l’une des régions clés du trafic d’espèces sauvages et une plaque tournante dans le trafic d’ivoire. »

« L’Unité d’enquête dédiée permettra d’améliorer l’application des lois, à la fois en renforçant le système judiciaire et en aidant les communautés, tout en améliorant la coopération avec nos partenaires régionaux. En conjonction avec d’autres initiatives gouvernementales, nous espérons améliorer les taux d’interception et ainsi dissuader les criminels en devenir de s’attaquer au Malawi, aujourd’hui perçu comme une cible facile, notamment pour le trafic d’ivoire. »

La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, en particulier à la Chine, où cet « or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que véhicule d'investissement. La disponibilité d'ivoire légal en Chine, obtenu lors de la vente de stocks de certains pays d'Afrique australe en 2008, a fait exploser la demande, encourageant ainsi le trafic de l'ivoire et le braconnage des éléphants pour répondre aux besoins du marché.

Le Malawi a récemment redoublé d’efforts pour mettre un terme au trafic d’espèces sauvages, notamment à travers la modification des législations en vigueur pour alourdir les sanctions, la formation de ses agents, l’introduction de chiens détecteurs d’ivoire, la conduite d’enquêtes proactives et l’amélioration de la gestion des interceptions afin d’améliorer les taux d’interception.

Note aux rédacteurs:

Des photos de qualité professionnelle sont disponibles sur www.ifawimages.com

 

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius IFAW Afrique australe
Contact phone:
+27 (0) 82 330 2558
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jimmiel Mandima d'IFAW
Vice-président adjoint à la conservation
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique