Le monde avance en faveur de l'interdiction du commerce de l'ivoire - l'UE suivra-t-elle ?

Alors que les dirigeants du monde entier agissent pour fermer les marchés de l'ivoire, l'UE va-t-elle suivre le mouvement et écouter les appels à l'aide des nations africaines pour mettre un terme au commerce de l'ivoire ? La décision du gouvernement chinois de proscrire les ventes à compter de 2018 a déjà éclairci l'avenir sombre des éléphants. « L'année dernière, le prix de l'ivoire s'est effondré dans toute l'Asie après l'annonce de l'interdiction en Chine, a expliqué Grace Gabriel, Directrice régionale IFAW pour l'Asie. La fermeture des marchés de l'ivoire et une meilleure application des lois ont accru les risques et diminué les profits que les criminels retiraient du braconnage d'éléphants et de la contrebande d'ivoire. Des politiques claires qui rendent le commerce de l'ivoire illégal, quelles que soient les circonstances, aident également à réduire la demande du consommateur en stigmatisant ce commerce. »

M. Erik Solheim, directeur exécutif pour l'environnement à l'ONU, s'est félicité de la décision de la Chine et a déclaré : « C'est une étape historique et cela pourrait bien être un tournant dans notre combat pour sauver les éléphants de l'extinction. Nous avons besoin que d'autres pays et d'autres territoires suivent cette voie. »

Seulement un mois après l'entrée en vigueur de cette interdiction, les législateurs de Hong Kong, le plus grand marché mondial de l'ivoire, se sont également prononcés mercredi dernier en faveur d'une suppression progressive du commerce local de l'ivoire d'ici 2021, avec des peines plus lourdes pour les contrevenants allant jusqu'à 1,3 million $ d'amende (soit 816 000 €) et 10 ans de prison. « Dans la foulée de la mise en place en Chine continentale d'une interdiction totale du commerce de l'ivoire, Hong Kong a également voté une loi interdisant ce commerce sur l'île et a renforcé les peines en cas de violations, a rajouté Grace. C'est une excellente nouvelle pour les éléphants. Cela montre que de plus en plus de personnes dans le monde ont fait ce constat : le commerce d'ivoire, où qu'il ait lieu, menace les éléphants dans le monde entier. »

 

Les interdictions du commerce de l'ivoire sont définitivement en train de prendre de l'élan depuis 2016, lorsqu'aux États-Unis, l'Administration Obama a également adopté des réglementations afin de stopper la plupart des importations et des exportations de produits en ivoire et de limiter les ventes interétatiques d'ivoire aux antiquités et à certains objets ne contenant que peu d'ivoire. Une interdiction quasi totale a été introduite en France avec certaines dérogations pour autoriser le commerce des objets faits en ivoire sculpté et en corne de rhinocéros sculptée qui ont été fabriqués avant le 1er juillet 1975, date d'entrée en vigueur de la CITES.

Désormais, seul le temps nous dira si le Royaume-Uni prendra une décision historique en faveur de l'interdiction de l'ivoire. La majorité écrasante des 60 000 réponses à la consultation publique lancée par le gouvernement en 2017 soutient une interdiction de l'ivoire. À la suite de quoi, en février 2018, la nouvelle initiative Royaume-Uni - Chine pour mettre un terme au commerce illégal de la faune sauvage a été annoncée. La décision finale sera extrêmement importante lors de la prochaine Illegal Wildlife Trade Conference (conférence sur le commerce illégal de la faune sauvage) organisée par le gouvernement britannique en octobre 2018.

« La lutte contre le trafic international d'ivoire est un combat que nous ne pouvons pas perdre », a déclaré le commissaire européen chargé de l'Environnement, des Affaires maritimes et de la Pêche, Karmenu Vella, en 2017 lors de la publication d'une recommandation aux États membres de l'UE en faveur de la fin de l'exportation de l'ivoire brut ancien à compter du 1er juillet 2017. En 2017, la Commission européenne a également lancé en parallèle une consultation publique sur le commerce de l'ivoire qui a recueilli un total de 89 933 réponses. Ces dernières sont en cours d'analyse et une décision finale sur la nécessité de nouvelles restrictions pour l'ivoire travaillé sera rendue en juillet 2018.

Un marché intérieur légal au sein de l'UE, le plus grand exportateur d'ivoire légal, continue d'alimenter la demande et permet aux négociants de blanchir l'ivoire illégal. Les marchés de l'ivoire s'adaptent et pourraient s'étendre davantage dans d'autres pays asiatiques maintenant que le commerce est interdit en Chine et à Hong Kong. L'UE, le plus important contributeur à la conservation de la biodiversité, a donc aujourd'hui l'opportunité de jouer un rôle majeur et doit s'aligner sur la décision de la Chine pour protéger les éléphants de l'extinction en interdisant le commerce d'ivoire. Les États de l'aire de répartition des éléphants en Afrique appellent l'UE à le faire. IFAW demande à l'UE de prendre des mesures plus drastiques qui interdiront le commerce de l'ivoire avec seulement très peu de dérogations. Ce n'est que de cette façon que l'UE pourra participer à la disparition totale du marché de l'ivoire.

Staci McLennan

Vous n'avez pas encore signé la pétition pour interdire le commerce de l'ivoire au sein de l'Union européenne ? Agissez maintenant ! 

 

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW