La faune du parc national de Kasungu sur la voie de la guérison après 25 ans de braconnage

L'accroissement de l'ampleur et de la nature du commerce illégal de produits issus de la faune sauvage combiné aux tentatives inefficaces et peu élaborées d'application de la loi au Malawi ont eu des conséquences désastreuses sur la faune sauvage du pays. Le parc national de Kasungu, l'une des plus anciennes zones protégées du Malawi, a été autrefois un écosystème prospère où la faune sauvage était abondante. Les populations de lions et de rhinocéros, florissantes par le passé, ont été complètement décimées pendant que la population d'éléphants chutait, passant de 2 000 individus dans les années 80 à seulement 50 en 2015.

La population d'éléphants augmente de nouveau après 25 ans de braconnage.

Pendant plus de 25 ans, le braconnage était omniprésent dans le parc où on pouvait trouver de l'ivoire, de la viande de brousse et de la peau de léopard. Le Malawi est un petit pays et sa population d'animaux sauvages est relativement modeste en comparaison des grands pays africains comme le Kenya. C'est pourquoi le pays a été négligé par les initiatives de protection. IFAW a cependant vu l'importance de l'écosystème du Malawi et son rôle clé dans le commerce illégal de produits issus de la faune sauvage. C'est un carrefour pour le transit de ces produits avant qu'ils n'entrent sur le marché mondial.

En 2015, nous avons mis en place une initiative dont l'objectif était de faire appliquer les lois visant à lutter contre la corruption, de faciliter la formation des écogardes locaux et des officiers de police ainsi que de transformer l'opinion sur les crimes contre la faune sauvage auprès des communautés et du système juridique. À travers cette initiative, IFAW a combattu le commerce illégal de produits issus de la faune sauvage et a obtenu des résultats incroyables avec notamment la confiscation d'ivoire provenant d'au moins 300 éléphants.

Le braconnage dans le parc national de Kasungu a diminué d'une manière considérable et, après des années, on peut voir des signes de rétablissement de l'écosystème partout, comme avec la naissance de deux éléphants et de deux hippopotames cette année. Les animaux réagissent bien à la surveillance vigilante et respectueuse dont ils font l'objet et ils commencent à grandir et à profiter de leur liberté, sans crainte de se faire attaquer.

L'année 2017 a vu la naissance de deux hippopotames et de deux éléphants, preuves que la population sauvage se remet des anciennes attaques des braconniers.

IFAW a formé et financé des équipes d'écogardes qui patrouillent dans le parc et protègent les animaux des pièges, des braconniers et des chasseurs, leur offrant la possibilité de se sentir en sécurité de nouveau. On peut apercevoir les derniers arrivés dans la grande famille du parc national de Kasungu en train de jouer le long du lac, profitant de la boue et découvrant leur environnement. La nouvelle génération d'animaux sauvages symbolise tout ce qui a été accompli grâce au travail d'IFAW et est également la preuve que, si on lui en laisse l'opportunité, l'environnement peut guérir.

wild elephant calf at kasungu national park

Deanne Gibbs

 

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique