Hommage à Matthieu Gameying, un nouvel éco-garde tombé sous les balles des braconniers

Une triste nouvelle survenue le 1er avril sert à nous rappeler encore une fois les réalités du terrain auxquelles les éco-gardes doivent faire face. Encore un autre nom qui s’ajoute à la longue liste de personnes courageuses tuées par les braconniers, lourdement armés, cette-fois ci en service au parc national du Faro, situé au nord du Cameroun.

C’est un rappel du coût humain lié à cette criminalité environnementale : ces dix dernières années, au moins un millier d’éco-gardes dans 35 pays différents sont tombés sous les balles des braconniers, donnant leur vie pour protéger la faune sauvage.

Nous ne cesserons jamais de mettre en avant le travail effectué par ces gardiens de la nature, ils sont un maillon essentiel à la préservation des écosystèmes. Et pourtant leur travail est toujours sous-valorisé.  Tous les jours, les éco-gardes se retrouvent en première ligne pour protéger éléphants, gorilles, guépards, rhinocéros et bien d’autres espèces. Ils sont généralement sous-équipés, sous-payés et, parce qu’ils travaillent généralement dans des régions hors de portée des caméras, ils ne sont pas appréciés à leur juste valeur.

Ce dernier exemple met en avant le fait qu’il devient de plus en plus difficile pour les éco-gardes de rivaliser avec l’armement des braconniers. Le commerce illicite d’espèces sauvages est une activité hautement lucrative permettant aux groupes rebelles, aux milices, aux organisations criminelles de financer leurs opérations. Les nouvelles générations de braconniers utilisent des armes militaires comme des fusils mitrailleurs AK-47, des lance-roquettes et des hélicoptères pour massacrer les animaux sauvages.

Dans le cadre de nos actions pour protéger la faune sauvage, nous renforçons les capacités des éco-gardes. Nous les soutenons en organisant des formations et en les équipant. Ces mesures sont capitales mais les gouvernements des pays en proie à cette forme de criminalité doivent eux aussi prendre leurs responsabilités en reconsidérant le statut de ces hommes et femmes engagés dans un combat inégal et en mettant les moyens pour valoriser cette profession.

IFAW remercie du fond du cœur les éco-gardes. Vous ne serez jamais oubliés.

Mia Crnojevic

Pour en savoir plus sur le travail d’IFAW visant à protéger la faune sauvage du commerce illégal, consultez notre page de campagne.

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique