Des entreprises phares du secteur de la technologie réunies pour stopper le trafic de faune sauvage en ligne

 Des entreprises phares du secteur de la technologie réunies pour stopper le tra
Mercredi, 7 Mars, 2018
San Francisco, Californie

Les plus grandes entreprises mondiales d’e-commerce, de technologie et de réseaux sociaux unissent leurs forces à celles de Google et du Fonds mondial pour la nature (WWF) afin que les plates-formes et applications en ligne deviennent inaccessibles aux trafiquants qui souhaitent faire commerce des espèces menacées.

Aujourd’hui, 21 entreprises d’Amérique du Nord, d’Asie, d’Europe et d’Afrique se sont réunies au sein de la toute première Coalition mondiale contre le trafic de faune sauvage en ligne. En tant que membres de cette coalition, les entreprises du secteur de la technologie s’engagent à travailler ensemble pour réduire collectivement de 80 % d’ici 2020 le trafic de faune sauvage sur leurs plates-formes. En collaboration avec le WWF, TRAFFIC et IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux, chaque entreprise va développer et mettre en place des politiques et des solutions pour mettre fin au trafic de faune sauvage en ligne.

« Réunir ces géants du secteur est notre meilleure chance d’empêcher les trafiquants d’avoir accès à l’internet, a déclaré Crawford Allan, Directeur des programmes sur la criminalité faunique et le trafic d'espèces sauvages de TRAFFIC. Les criminels s’enrichissent en vendant des espèces rares et des produits dérivés de ces mêmes espèces. Les incohérences dans les politiques et leur mise en œuvre sur internet entraînent l’inefficacité des politiques en question : lorsqu’une annonce est retirée d’un site internet, elle réapparaît immédiatement sur un autre. Ces entreprises ont compris le problème et s’unissent afin de garantir que les trafiquants se retrouvent dans une impasse. »

Trouver en ligne des articles douteux dérivés de la faune sauvage ne prend que quelques minutes. Cela va du bibelot en ivoire sculpté à des animaux vivants comme des bébés tigres. Ces ventes sont en principe illégales et violent les règles d’utilisation des sites. Cependant, la connectivité mondiale apportée par l’internet et l’anonymat relatif des vendeurs combinés aux transports rapides permettent aux trafiquants d’acheter, de vendre et d’expédier des animaux et des produits dérivés de la faune sauvage après une transaction en ligne instantanée. Nous sommes à un moment critique : de plus en plus de commerçants et de consommateurs opèrent sur internet, les marchés physiques traditionnels pour le commerce de faune sauvage devenant quant à eux un modèle de plus en plus dépassé. Il faut donc garantir que les réseaux sociaux et les plates-formes d’e-commerce ne puissent plus être utilisés comme échappatoire à la détection par les trafiquants.

Selon la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) de l’ONU, la criminalité contre la faune sauvage génère au niveau mondial 20 milliards de dollars. Plus de 20 000 éléphants d’Afrique sont tués illégalement chaque année pour le commerce de leurs défenses et en Afrique du Sud par exemple, les braconniers tuent quotidiennement, pour leurs cornes, presque trois rhinocéros. D’innombrables espèces sont menacées par le trafic qui croît grâce leur disponibilité en ligne pour les consommateurs, la plupart d’entre eux ignorant que les produits qu’ils achètent peuvent mener à la destruction de populations entières et financer des groupes criminels. Collaborer avec ces entreprises afin de résoudre ce problème est une étape primordiale pour empêcher qu’un monde sans rhinocéros, sans éléphants et sans des milliers d’autres espèces ne devienne une réalité.

Google est fier de s'associer au WWF en tant que membre fondateur de cette coalition et de se joindre à d'autres entreprises pour protéger les espèces menacées par le commerce illégal d'espèces sauvages en ligne», a déclaré David Graff, directeur de la politique de confiance et de sécurité mondiale sur les produits de Google.

Les membres fondateurs de la Coalition mondiale contre le trafic de faune sauvage en ligne sont Alibaba, Baidu, Baixing, eBay, Etsy, Facebook, Google, Huaxia Collection, Instagram, Kuaishou, Mall for Africa, Microsoft, Pinterest, Qyer, Ruby Lane, Shengshi Collection, Tencent, Wen Wan Tian Xia, Zhongyikupai, Zhuanzhuan et le Groupe 58, réunis par WWF, TRAFFIC et IFAW.

À propos de WWF

WWF est une des plus grandes organisations internationales de conservation et fait partie des plus respectées. Elle compte presque six millions de sympathisants et dispose d’un réseau international actif dans plus de 100 pays. Sa mission est de mettre un terme à la dégradation de l’environnement naturel de la terre et de construire un futur dans lequel les humains vivent en harmonie avec la nature en conservant la diversité biologique mondiale, en assurant une utilisation durable des ressources naturelles renouvelables et en luttant pour la réduction de la pollution et du gaspillage.

À propos de TRAFFIC

TRAFFIC, le réseau de surveillance du commerce de la faune sauvage, est la principale organisation non gouvernementale à l’échelle mondiale se consacrant au commerce des animaux et des plantes sauvages dans un contexte marqué à la fois par la conservation de la biodiversité et le développement durable. TRAFFIC travaille en collaboration étroite avec ses organisations fondatrices, l’IUCN et le WWF, et joue un rôle crucial dans la réalisation des objectifs de conservation de celles-ci.

 

A PROPOS D’IFAW

IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux, est une ONG mondiale qui protège les animaux et les habitats. IFAW a des bureaux dans 17 pays et des projets dans plus de 40 pays, qui mobilisent plus de 200 chargés de campagne, experts juridiques et politiques, et scientifiques de renommée internationale. Notre travail allie le sauvetage d’animaux et la conservation des espèces car nous croyons que la valeur de chaque animal est liée à la santé de la population et de l'écosystème dont il fait partie.

Post a comment

Contact presse

Kerry Branon (IFAW)
Contact phone:
508 744 2068
Contact portable :
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique