Le gouvernement sri-lankais détruit ses stocks d’ivoire

Cette destruction d’ivoire garantit que les défenses ne se retrouveront jamais sur le marché illégal de l’ivoire d’éléphant.

La destruction des stocks nationaux d’ivoire continue de faire des émules à travers le monde.

Dernière nation à rejoindre le mouvement : le Sri Lanka, qui avait pendant longtemps tenu à conserver ses stocks d’ivoire afin d’en orner ses temples et autres édifices religieux.

Aujourd’hui, à 9 heures (heure locale), le gouvernement sri-lankais détruira 5 000 défenses d’éléphants dans un énorme broyeur à pierre installé au parc Galle Face, dans la ville de Colombo. S’en suivra une cérémonie religieuse qui rendra hommage aux éléphants victimes du braconnage.

Plus de 300 défenses, dont la valeur est estimée à trois millions d’euros, seront notamment détruites. Confisquée par les autorités en 2012 dans le port de Colombo, cette cargaison en provenance d’Afrique de l’Est constitue la plus grande saisie de défenses d’éléphants de l’histoire du Sri Lanka. Les autorités ont symboliquement ajouté deux défenses d’éléphants braconnés au Sri Lanka.

Cette destruction d’ivoire garantit que les défenses ne se retrouveront jamais sur le marché illégal de l’ivoire d’éléphant.

John Scanlon participera à la cérémonie et prendra probablement la parole pour rappeler la nécessité de poursuivre la lutte contre le braconnage des éléphants à travers des mesures de répression et de sensibilisation de l’opinion publique.

Plus d’une dizaine de pays ont d’ores et déjà détruit leurs stocks depuis la cérémonie de destruction de six tonnes d’ivoire organisée en 2013 à Denver par le Département américain de gestion de la faune et de la flore, à laquelle j’avais pu assister avec mes collègues d’IFAW.

La vague de mobilisation qui s’en est suivie, et qui a permis la destruction de plus de 58 tonnes d’ivoire depuis lors, me donne espoir.

L’opération sri-lankaise fait écho à l’annonce conjointe de la Chine et des États-Unis en septembre dernier de mettre en œuvre des contrôles stricts sur leur territoire qui aboutiront à une interdiction quasi totale du commerce d’ivoire. La Chine s’était engagée pour la première fois à éradiquer le commerce d’ivoire lors de la cérémonie de destruction de 662 kilos d’ivoire réalisée à Pékin en mai 2015.

La semaine dernière, Hong Kong, la région administrative spéciale de Chine qui sert de plaque tournante majeure dans le trafic d’ivoire, a annoncé son intention de trouver « des mesures appropriées » pour mettre un terme au commerce d’ivoire local et alourdir les sanctions pour les criminels se livrant à la contrebande et au commerce illégal de produits de la faune sauvage.

La lutte pour mettre un terme au commerce de l’ivoire et sauver les derniers éléphants continue, et nous saluons aujourd’hui le Sri Lanka pour cette décision forte en faveur des éléphants.

Azzedine Downes

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW