Commerce de l’ivoire : une interdiction …presque totale !

Au Kenya, le 30 avril dernier, alors que le Président Uhuru Kenyatta embrasait  105 tonnes d’ivoire illicite, la Ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, l’avait annoncé : pour protéger les derniers éléphants de la planète, la France interdirait tout commerce d’ivoire sur son territoire ! 

Près de quatre mois après cette déclaration et une consultation publique qui a recueilli 2511 commentaires entre le 9 juin et le 3 juillet, un Arrêté vient enfin de voir le jour. Si des avancées non négligeables sont à reconnaître, force est de constater que l’interdiction du commerce de l’ivoire et de la corne de rhinocéros… n’est pas totale !

Si la Ministre et ses proches collaborateurs avaient la conviction que fermer définitivement les vannes d’alimentation de la demande asiatique était une urgente nécessité pour la conservation des éléphants, des  dérogations autorisent le commerce des objets en ivoire travaillé et de corne de rhinocéros travaillée datant d’avant le 1er juillet 1975, date d’entrée en vigueur de la CITES. Autant dire que le marché des antiquités ne connaîtra pas vraiment la crise….

Certes, il faudra désormais que la transaction commerciale relative à ces objets soit encadrée par la délivrance de certificats intracommunautaires (CIC) ce qui rend celle-ci plus contraignante. Mais notre rapport avait relayé l’utilisation de certificats falsifiés permettant un commerce illégal de l’ivoire. Nous pouvons donc  émettre l’hypothèse que ce cas de figure pourrait de nouveau se présenter. Par ailleurs, comment sans analyse de datation systématique ou sans expert spécialisé dans la distinction de l’ivoire datant du 19ème ou du 20ème siècle, sera-t-il possible de certifier sans hésitation aucune que l’objet mis en vente est antérieur au 1er juillet 1975 ? Mystère !

En revanche, IFAW salue l’interdiction pleine et entière du commerce d’ivoire brut et de corne de rhinocéros non travaillée. Désormais, la vente de ces objets n’est plus possible que ce soit dans les salles de vente ou sur Internet, les DREAL n’étant plus autorisées à délivrer de permis à cette fin. N’hésitez pas à vous rapprocher d’IFAW pour plus d’information sur ce point.

Mia Crnojevic

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Staci McLennan, Directrice régionale pour l'Union européenne
Directrice régionale pour l'Union européenne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la
Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la Philanthropie