L’interdiction du commerce de l’ivoire : le cadeau de la Chine aux éléphants pour le Nouvel An

Je déborde de joie, même si cette annonce était très attendue.

Je lis et relis le texte de ce papier à en-tête rouge émis par le bureau du gouvernement central. Je me pince, essayant de me persuader que c’est vraiment arrivé.

Les images de centaines d’éléphants, abattus par des braconniers juste pour alimenter le marché de l’ivoire, défilent devant mes yeux.

La voix d’un commerçant d’ivoire, pressant une babiole en ivoire grossièrement sculptée, flotte à mes oreilles : « C’est de l’or blanc. Je vous promets que votre investissement aura triplé d’ici l’année prochaine si vous l’achetez aujourd’hui. »

Les douanes de Hong Kong ont saisi deux grosses cargaisons d’ivoire de poids similaires en 2006 et 2012 (3,9 et 3,8 tonnes respectivement). Mais la deuxième cargaison saisie comptait deux fois plus de défenses d’éléphants que la première. J’ai pleuré lorsque la dure vérité s’est imposée à moi : les braconniers tuaient des éléphanteaux pour récupérer leurs toutes petites défenses !

J’ai malheureusement bénéficié d’une place au premier rang pour observer le désastre qui s’est déroulé lorsque la CITES a autorisé la deuxième vente « exceptionnelle » d’ivoire au Japon et en Chine : la demande au compte-goutte s’est transformée en torrent.

Le marché légal de l’ivoire offre une couverture idéale aux criminels souhaitant blanchir l’ivoire qu’ils ont récupéré illégalement sur des éléphants braconnés. L’ivoire illégal peut être facilement blanchi sur le marché légal, ce qui rend l’application de la loi difficile. Le marché légal de l’ivoire envoie également un message qui peut prêter à confusion pour les consommateurs, insinuant que l’achat de l’ivoire est acceptable. En Chine, j’ai vu l’accent passer de la qualité de la sculpture d’ivoire à l’ivoire elle-même en tant que matière première.

Afin de cesser le massacre des éléphants, nous devons briser chaque maillon de la chaîne commerciale - du braconnage à la demande, en passant par le trafic.

En Chine, notre campagne de sensibilisation « Maman, j’ai des dents » a touché des centaines de millions de personnes en quatre ans et réduit la propension du groupe le plus susceptible d’acheter de l’ivoire de 54 % à 26 %. Cependant, si les campagnes de sensibilisation permettent de changer le comportement des consommateurs, elles ne peuvent empêcher les criminels de faire un profit à l’aide de la contrebande et du commerce illégal de l’ivoire.

Nous avons rapidement réalisé qu’une politique claire rendant illégal le commerce d’ivoire, quelles que soient les circonstances, était tout aussi importante que le fait de modifier le comportement des consommateurs pour les inciter à rejeter l’ivoire.

En plus de diminuer la demande des consommateurs, nous devons réduire l’offre existant sur le marché.

Voici certains des événements qui ont fait date :

  • IFAW a collaboré avec des géants du commerce en ligne comme Alibaba et Taobao pour introduire une gamme de produits dérivés et des parties d’animaux sauvages, y compris l’ivoire et les cornes de rhinocéros, sur leur liste de produits « interdits à la vente ».
  • Répondant à un avertissement d’IFAW, le gouvernement a fait fermer le marché aux enchères assurant le commerce de cornes de rhinocéros, d’ivoire d’éléphant et d’os de tigre en 2012, ce qui a entraîné une baisse des ventes d’ivoire de 90 % sur le marché aux enchères de la Chine continentale.
  • Des leaders d’opinion clés de tous les secteurs de la société chinoise ont rejoint la campagne d’IFAW, « Protégez les éléphants et dites NON à l'ivoire », parlant d’une seule et même voix pour encourager les consommateurs à rejeter l’ivoire, les sculpteurs à arrêter d’utiliser l’ivoire et le gouvernement à interdire le commerce de l’ivoire.
  • Deux mois après la destruction de 6 tonnes d’ivoire à Denver par le gouvernement américain, le gouvernement chinois a détruit 6,1 tonnes d’ivoire à Guangdong.
  • L’interruption du commerce de l’ivoire dans le but de sauver les éléphants est devenue un sujet de discussion pour la première fois dans le cadre du dialogue stratégique sino-américain, le président Obama et le président Xi prenant l’engagement commun d’assurer la fermeture des marchés d’ivoire dans leurs deux pays.

L’annonce d’aujourd’hui prouve la détermination du gouvernement chinois à sauver les éléphants. Comme je l’ai mentionné sur mon blog après avoir assisté à la destruction d’ivoire par les autorités américaines à Denver en novembre 2013, la survie des éléphants dépend de notre action collective contre TOUT COMMERCE D’IVOIRE.

Je suis incroyablement fière de mon pays d’origine, la Chine, pour avoir choisi d’assumer le rôle de leader mondial dans la protection des éléphants. 

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jimmiel Mandima d'IFAW
Vice-président adjoint à la conservation
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique