Célébrons une étape clé de la conservation marine : 5 000 ème intervention

Je me souviens de ma première intervention sur un échouage collectif. Le 27 novembre 1998, notre équipe est intervenue pour sauver trois dauphins échoués à Chipman’s Cove, à Wellfeet, au Massachusetts. Il faisait extrêmement froid et le rivage devenait boueux. Nous avons fait tout notre possible pour sauver les animaux, mais nous n’avions pas toutes les connaissances que nous avons aujourd’hui. Finalement, un des animaux est mort, un a été euthanasié et un a été relâché (avant de s’échouer de nouveau et d’être retrouvé mort). Nous savions que nous avions fait notre maximum, mais la journée avait été dure.

Hier, le 27 novembre 2018, vingt-huit ans plus tard, nous nous sommes de nouveau retrouvés à Chipman’s Cove pour secourir quatre dauphins communs qui s’étaient échoués. Cette fois-ci, ce fut une journée fantastique ! En utilisant tout ce que nous avons appris de chaque échouage pendant ces vingt ans, nous avons pu évaluer l’état de santé des animaux et déterminer qu’ils étaient suffisamment en bonne santé pour être relâchés. Les quatre ont été relâchés ensemble (une partie cruciale du processus de sauvetage), et l’un d’entre eux a été équipé d’une balise satellite pour nous permettre de suivre sa localisation et de déterminer s’il survivait et se comportait normalement. Je n’ai pas de mots pour exprimer à quel point je suis fière de cette grande réussite et de toutes les autres incroyables avancées que nous avons réalisées ensemble ces vingt dernières années. 

J’ai commencé à travailler avec IFAW lorsque j’ai pris, en 1998, mon poste au sein du Réseau d’échouage de Cape Cod, qui venait d’être créé et dont IFAW est un membre fondateur. Nous étions une petite organisation à but non lucratif composée de seulement deux salariés à temps plein, d’un vétérinaire à temps partiel et d’un petit groupe de bénévoles et nous n’avions qu’un vieux camion. En juillet 2007, le Réseau d’échouage de Cape Cod a officiellement fusionné avec IFAW pour créer ce que nous appelons aujourd’hui l’équipe du Programme de sauvetage des mammifères marins (MMRR).

Aujourd’hui, notre équipe du MMRR est composée de six salariés à temps plein, d’un vétérinaire à temps plein, d’un vétérinaire à temps partiel, de deux apprentis, de nombreux stagiaires et d’un groupe de 224 bénévoles extrêmement bien formés. Nous nous chargeons de secourir les mammifères échoués sur une bande de côtes de plus de 1 100 kilomètres à Cape Cod et dans le sud-est du Massachusetts, un point névralgique pour les échouages collectifs. En plus de notre travail quotidien à Cape Cod, nos experts des mammifères marins voyagent souvent dans le monde entier, jusqu’en Inde, à Oman ou en Nouvelle-Zélande, afin de proposer des formations et de partager nos recherches avancées. Grâce à notre travail sur place et dans le monde entier, nous avons pu secourir une liste impressionnante de 23 espèces marines, notamment des baleines de Minke, des Grands Dauphins, des dauphins de Risso, des lamantins, des phoques du Groenland, des phoques gris et des marsouins communs.

Alors que nous célébrons notre 20 ème anniversaire et notre 5 000 ème intervention, je ne peux que me sentir très honorée de faire partie de cette équipe incroyable et incroyablement reconnaissante du soutien que nous recevons de la part des équipes, des bénévoles et des soutiens d’IFAW. Après des années d’innovation et de recherche scientifique, nous sommes passées d’un taux de réussite de 3 % en 1999 à un taux actuel de plus de 86 % pour le moment en 2018 pour les dauphins échoués que nous relâchons. Notre équipe a repoussé les frontières du sauvetage des mammifères marins et a développé de nouvelles techniques permettant de faire avancer les efforts de sauvetage et de conservation dans le monde entier. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour protéger le bien-être des mammifères marins qui peuplent nos océans, mais aujourd’hui, nous célébrons nos victoires et les quatre dauphins qui ont pu avoir une deuxième chance de vivre leur vie à l’état sauvage.

Katie Moore

 

 

Post a comment