Comment j’ai survécu au deuxième tremblement de terre au Népal aux côtés d’une vache blessée

Les animaux ont la capacité de ressentir les tremblements de terre bien avant les êtres humains.

Ce jour-là au Népal, la plupart des gens avaient remarqué le comportement inhabituel des oiseaux, qui avaient pris leur envol par nuées, comme pour nous avertir de l'imminence du danger.

En ce qui me concerne, j'en ai été avertie par une vache nommée Chameli.

Elle avait les yeux mi-clos depuis plusieurs minutes à cause du soleil et je tentais de lui faire de l'ombre avec la main pour la soulager un peu.

Puis, tout à coup, elle a paniqué et ses yeux se sont ouverts en grand.

Les secousses de ce deuxième séisme étaient pour le moins inquiétantes. En voyant sa réaction, j'ai frémi à l'idée qu'elle revivait peut-être les secousses du séisme qui l’avaient estropiée quelques jours auparavant.

* * *

Comme bien d'autres vaches du Népal, Chameli a subi de plein fouet le tremblement de terre du 25 avril : jetée au sol, enterrée et blessée, elle était incapable de se redresser quand nous l’avons trouvée.

Lorsque le premier séisme a frappé, elle se trouvait dans son abri, qui s’est effondré sur elle. Quand la population a finalement enlevé les décombres, elle ne pouvait ni se relever, ni se tenir debout.

Ses propriétaires ont eu l'idée de lui fabriquer un abri de fortune à l’aide de branches de bambou et des bâches et lui ont apporté eau et nourriture tous les jours.

À LIRE ÉGALEMENT : Un nouveau séisme frappe le Népal : notre équipe secouée, mais saine et sauve

À notre arrivée le 12 mai vers 12 h 30, on nous a annoncé qu'elle avait accouché la veille malgré ses blessures. Les villageois ont sorti le petit du ventre de sa mère et ont immédiatement prodigué les soins nécessaires au nouveau-né.

Après avoir brièvement examiné la vache, nous n'avons décelé aucune fracture ni blessure grave. Nous lui avons alors administré du calcium, un élément essentiel après la mise à bas, en utilisant une intraveineuse pour accélérer l’absorption.

Soudain, ses yeux se sont ouverts en grand en signe de terreur, puis le sol s'est mis à trembler sous nos pieds et elle a brusquement levé la tête. J'ai immédiatement tenu l'aiguille de l'intraveineuse sur son cou pour qu'elle ne tombe pas.

Nous avons bien vite compris qu'il ne s'agissait pas simplement d'une petite secousse.

Alors que le sol se dérobait sous nos pieds, je me suis appuyée contre une tige de bambou bien stable pour garder l’équilibre, tout en gardant la main sur le cou de la vache et en essayant de stabiliser sa tête avec l'autre main.

Les murs des bâtiments déjà endommagés se sont mis à vaciller comme un château de cartes.

La structure de bambou et de bâches s'est effondrée sur nous, m'empêchant de voir ce qu'il se passait autour de moi.

Malgré le fracas et les cris de panique, j'entendais les avertissements des membres de mon équipe nous indiquant que des briques tombaient.

Je me suis précipité sur Chameli pour retirer l’intraveineuse, dégager la bâche et me diriger vers un endroit plus sûr.

Il est difficile de dire quand les secousses se sont arrêtées car nos jambes n’arrêtaient pas de trembler. Alors que les cris des villageois retentissaient de toutes parts, notre équipe s’est dépêchée de porter secours aux habitants ou aux animaux qui auraient pu être pris au piège ou blessés.

Heureusement, personne n'a été blessé dans notre périmètre, mais le traumatisme du premier tremblement de terre était encore frais et la détresse que l'on pouvait lire sur les visages était bouleversante.

Après le retour au calme, nous sommes revenus nous occuper de Chameli.

Nous avons démonté l'abri de fortune et terminé de lui injecter le calcium. Les répliques du séisme allaient et venaient alors que nous nettoyions et désinfections les plaies sur ses pattes et son ventre et que nous lui administrions des médicaments contre la douleur.

Nous l'avons délicatement déplacée pour remplacer la litière souillée sur laquelle elle était allongée par de la paille propre. Nous avons tenté de la remettre sur pattes, mais nous nous sommes vite rendu compte que nous n'étions pas assez nombreux pour cela.

Les villageois, qui étaient tout d'abord intrigués par notre présence, n’osaient plus approcher à cause de l'instabilité des murs qui nous entouraient, réaction parfaitement compréhensible après ce qu'ils avaient subi.

Ensuite, nous avons utilisé les bâches et moustiquaires que nous avions apportées afin de créer un nouveau toit pour Chameli où elle serait à l’abri du soleil et des insectes.

Nous avons croisé sur notre route des groupes entiers de personnes affluant vers les routes et les lieux dégagés. C'est alors que nous avons appris que le séisme que nous venions de vivre était en fait de magnitude 7,3, mais que son épicentre se trouvait dans une région différente de celle du premier.

Penser à tout ce que les habitants et les animaux du Népal vont encore devoir traverser au lendemain du précédent séisme me fend le cœur.

Néanmoins, au vu de l'incroyable force dont ont fait preuve les personnes que j'ai croisées ces dernières semaines, je suis convaincue qu'ils ne céderont pas au désespoir et sauront prendre soin de leurs proches et de leurs animaux.

La courte vidéo ci-dessus témoigne brièvement du travail d’IFAW sur le terrain, qui n’aurait pas été possible sans votre soutien.

Une chose est sûre, les animaux et les personnes victimes de ces deux désastres auront encore besoin de l'aide des équipes d'IFAW et de nos partenaires au cours des prochaines semaines.

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons aider toutes ces victimes. Merci du fond du cœur. 

Kelly Donithan

Votre soutien nous permet de continuer à sauver des animaux. Faites un don.

Post a comment

Nos experts

Conseiller principal en matière de programmes
Conseiller principal en matière de programmes
Brian Sharp, Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Chargé des interventions d'urgence, coordinateur échouages
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Katie Moore, Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Vice-présidente adjointe, Conservation et bien-être animal
Loïs Lelanchon, Chargé du programme Sauvetage des animaux
Chargé du programme Sauvetage des animaux
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence
Valeria Ruoppolo, Vétérinaire d’IFAW
Vétérinaire d’IFAW
Vivek Menon, Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la
Conseiller principal du PDG sur les Partenariats stratégiques et la Philanthropie