Echec de la proposition controversée du Japon de mettre fin à l'interdiction mondiale de la chasse à la baleine commerciale

Echec de la proposition controversée du Japon de mettre fin à l'interdiction mon
Vendredi, 14 Septembre, 2018
Florianopolis, Brésil

Une proposition controversée du Japon visant à mettre fin à l'interdiction mondiale de la chasse à la baleine commerciale a échoué après avoir été rejetée par les pays soucieux de la conservation lors de la réunion de la CBI, le Japon suggérant qu’il pourrait quitter la Convention à l'avenir s’il n’obtient pas satisfaction.

Le programme japonais « En avant » a pour objectif d’engager la CBI à établir des quotas de pêche commerciale à partir de 2020 pour certaines populations de baleines, et d’assouplir les conditions de vote pour les questions litigieuses en convoquant une conférence diplomatique spéciale pour modifier la Convention. Néanmoins, la proposition a échoué à démontrer comment une éventuelle chasse commerciale à la baleine pourrait être gérée efficacement sans brouiller la distinction entre la chasse à la baleine commerciale et la chasse aborigène de subsistance.

Pour être adoptée, cette proposition nécessitait le soutien à la majorité des trois quarts des 75 délégations gouvernementales présentes à la 67e réunion de la CBI à Florianópolis, au Brésil. Elle a finalement été rejetée sans parvenir à une simple majorité (27 pour, 41 contre et 2 abstentions).

IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux, s’est fermement opposé à la proposition du Japon. IFAW a encouragé les gouvernements présents à soutenir les propositions importantes qui font progresser le travail de conservation novateur de la CBI pour aider à protéger les baleines, plus que jamais menacées.

Patrick Ramage, directeur du programme Conservation marine d’IFAW, a déclaré: « L’échec de cette proposition est une bonne nouvelle pour les baleines. Son adoption aurait été un grand pas en arrière pour la CBI, la ramenant aux jours sombres de la chasse commerciale à la baleine au lieu de la transformer en un organisme de conservation moderne. La seule voie possible pour les baleines est leur conservation et leur observation responsable, et non leur mise à mort cruelle et inutile.

« Nous sommes ravis que les gouvernements de la CBI aient rejeté l’idée d’une conférence diplomatique spéciale pour modifier les règles de la CBI; nous n’avons pas besoin d’un changement de règles, nous avons besoin des nations baleinières pour respecter les règles existantes. Le Japon a cherché à créer un comité de « chasse à la baleine durable », mais à maintes reprises, il a rejeté les initiatives du Comité scientifique de la CBI visant à rendre la chasse plus durable. Malheureusement, nous assistons là à une énième tentative de contourner les règles et procédures établies. »

Ramage a ajouté: « Pire encore que la menace répétée du Japon de quitter la CBI est peut-être son manque de respect pour les décisions de la Commission qui lui déplaisent ».

Contrairement à la proposition du Japon, la déclaration de Florianopolis, portée par le pays hôte et adoptée par un vote majoritaire hier, présente une vision positive de la CBI et reconnaît le rôle vital des baleines dans l’écosystème ainsi que l’importance de l’observation des baleines pour les communautés côtières. IFAW a salué cette victoire importante pour la conservation et la protection des baleines.

IFAW continue d’exhorter les pays membres à soutenir toutes les propositions importantes qui font avancer le travail de conservation de la CBI, lequel porte ses fruits. Des résolutions visant à lutter contre les bruits sous-marins et les enchevêtrements dans les filets fantômes (engins de pêche perdus ou abandonnés) ont été adoptées avec succès et les discussions menées en début de semaine ont mis en évidence le travail considérable du Comité de conservation de la CBI contre d’autres menaces telles que les prises accidentelles et les collisions avec les navires.

IFAW s’oppose à la chasse commerciale car elle est cruelle et inutile; il n’y a simplement aucun moyen de tuer une baleine sans cruauté. L’observation responsable des baleines est une alternative humaine et économiquement viable. Elle est positive pour les baleines et offre de meilleures conditions de vie pour les habitants.

Fin

 

Notes:

Les experts d’IFAW sur les baleines seront présents à la réunion et disponibles pour des interviews.

Pour plus d’information ou si vous souhaitez organiser des interviews, veuillez contacter Clare Sterling au Brésil sur son portable au +44 (0)7917 507717 ou par e-mail csterling@ifaw.org.

 

Des interviews par Skype sont possibles sur demande.

Pour suivre les actualités d’IFAW sur Twitter, abonnez-vous à @IFAWFrance

Des images sont disponibles pour utilisation par les médias sur www.ifawimages.com

Les documents de la CBI sont disponibles sur : http://iwc.int/iwc67

 

A propos d’IFAW

Fondé en 1969, le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) est une organisation mondiale à but non lucratif qui protège les animaux et les habitats qui sont les leurs. Avec des bureaux dans 15 pays et des projets dans plus de 40 pays, IFAW sauve, réhabilite et relâche des animaux dans des environnements sûrs à travers le monde.

En collaboration avec les gouvernements et les communautés locales, ses chargés de campagne expérimentés, ses experts juridiques et politiques et ses scientifiques de renommée internationale sont les premiers à proposer des solutions durables aux problèmes les plus pressants de bien-être animal et de conservation de la faune.

Post a comment

Contact presse

Clare Sterling
Contact portable :
+44 (0)7917 507717
Contact email:

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Beth Allgood, Directrice d’IFAW aux États-Unis
Directrice d’IFAW aux États-Unis
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Conseillère politique en chef
Conseillère politique en chef
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Patrick Ramage, Directeur du programme Conservation de la faune marine
Directeur du programme Conservation de la vie marine
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique