Mettre fin au commerce du tigre et à la vente des parties de tigre

Les tigres sont menacés d’extinction à cause du commerce. Le commerce international des tigres et de leurs parties est interdit par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et tous les pays de l’aire de répartition du tigre disposent d’une législation nationale protégeant les tigres contre le braconnage et le commerce.

Toutefois, le commerce illicite des tigres et de leurs parties continue en raison d’un cercle vicieux : le braconnage alimente le marché noir ; ce commerce stimule la demande des consommateurs qui encourage à son tour le braconnage. Pour sauver les derniers tigres sauvages de la planète, nous devons mettre fin à ce cercle vicieux.

IFAW travaille avec la CITES, INTERPOL et d’autres organisations inter-gouvernementales pour prévenir le commerce des tigres, des parties de tigres et de leurs dérivés et pour promouvoir une application efficace des lois afin de mettre fin à la contrebande des tigres.

IFAW travaille aussi avec des pays de l’aire de répartition du tigre et des pays consommateurs pour renforcer les lois et règlements nationaux de manière à ce que soit mis fin à tout commerce de produits dérivés du tigre provenant de toutes les sources, de la nature comme des fermes d’élevage.

Tandis que moins de 50 tigres sauvages vivent encore en Chine, plus de 6 000 tigres sont détenus en captivité dans des immenses fermes commerciales où ils sont élevés puis tués pour la fabrication de vin à base d’os de tigre et d’autres produits. L’élevage des tigres pour le commerce stimule la demande de tigres morts et alimente le braconnage des tigres sauvages dans toute l’Asie.

L’enquête qu’IFAW a menée sur les fermes d’élevage des tigres en Chine a révélé le danger que représentaient ces exploitations pour les tigres sauvages lors de la conférence des Parties de la CITES (CdP) en 2007. Une écrasante majorité des États membres de la CITES a adopté une décision pour s’opposer à tout pays qui « ferait l’élevage de tigres pour le commerce de leurs produits dérivés ».

En Chine, le plus grand marché au monde pour les os et produits dérivés du tigre, nous travaillons avec la communauté des praticiens de la médecine traditionnelle qui refuse désormais d’utiliser des dérivés du tigre et encourage la consommation de produits alternatifs. Nous lançons des campagnes innovantes visant à sensibiliser le public pour réduire la demande de produits dérivés du tigre.

Faire un don

Notre travail dépend de votre générosité. Donnez ce que vous pouvez pour aider les animaux.