Matt Collis, Directeur par intérim du programme Conservation de la faune marine

Matt Collis

Directeur par intérim du programme Conservation de la faune marine

Directeur par intérim du programme Baleines, Matt Collis défend activement IFAW dans sa lutte pour protéger les grands cétacés de notre planète contre la chasse commerciale et tous les autres dangers qui les menacent dans le monde.

Avant d’accepter cet intérim, Matt a travaillé plus de dix ans chez IFAW sur le thème de la protection, entre les bureaux de Londres et de Sydney.

À nos côtés depuis 2005, Matt a d’abord travaillé au bureau de Londres pendant six années au cours desquelles il a participé à toutes les campagnes d’IFAW. Également en charge des relations entre IFAW et le gouvernement britannique, il décide en 2011 de quitter la capitale anglaise pour s’installer à Sydney.

En tant que responsable des politiques et campagnes du bureau d’IFAW en Océanie, Matt a dirigé des campagnes visant à protéger les baleines dans ces eaux ainsi que les magnifiques espèces qui peuplent les terres d’Australie, telles que les koalas, les wombats et les kangourous. Qu’il s’agisse de débouter des navires japonais de chasse à la baleine dans l’Antarctique, des projets de forage d’exploration pétrolière dans les eaux australiennes ou des aménagements nuisant à l’habitat des koalas, Matt a mis ses connaissances politiques et ses compétences de défenseur au service de la protection des espèces sauvages, en participant notamment à des commissions d’enquête sénatoriales en Australie et en s’exprimant souvent dans les médias australiens sur les questions relatives à la faune sauvage.

Il a participé à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) et à la Commission baleinière internationale (CBI) en tant que conseiller de la délégation du gouvernement australien, mais aussi sous la casquette d’IFAW.

En août 2016, Matt est retourné au Royaume-Uni et a supervisé les préparatifs de la délégation d’IFAW pour la réunion de la Commission baleinière internationale (BCI) d’octobre, avant d’endosser son poste actuel.