De jeunes éléphants arrachés à leur habitat naturel avec l’approbation des organismes de sauvegarde de la nature

Lundi, Avril 24, 2006
Cape Town , Afrique du Sud
Six jeunes éléphants sauvages ont été arrachés de force à leur troupeau la semaine dernière. Ils sont condamnés à servir d’éléphants de safari, avec l’approbation des autorités de sauvegarde de la nature d’Afrique du Sud, et sous le contrôle du premier organisme de sauvegarde des animaux de ce pays.
Les éléphants ont été emmenés au site de dressage Elephants For Africa Forever (EFAF), centre bien connu pour fournir des pachydermes “dressés et apprivoisés” pour les safaris à dos d’éléphants en Afrique du Sud.

Les autorisations de capture ont été délivrées par la Province de Limpopo et, selon le principal actionnaire de la Réserve de Selati d’où proviennent les animaux, l’événement a été contrôlé par un des représentants du National Council of the Societies for the Prevention of Cruelty to Animals (NSPCA).

IFAW (International Fund for Animal Welfare – www.ifaw.org) a declaré que la délivrance d’autorisation pour la capture d’éléphants ajoutée à la présence d’un membre de la NSPCA, est une manière d’approuver la maltraitance inhérente à la capture d’éléphants sauvages qui les assujettit à une vie en captivité.

« Soustraire des éléphants à leur habitat naturel pour l’industrie du tourisme laisse toute latitude à la maltraitance lors des méthodes de dressage non soumises à des contrôles. Aucune loi en Afrique du Sud n’existe pour réguler ces méthodes, » déclare Jason Bell-Leask, Directeur IFAW Afrique du Sud.

“L’autorisation de séparer de jeunes éléphants de leur famille est contraire à la politique de notre premier parc national, le Kruger National Park, qui déclare que la séparation des familles n’est pas recommandée.

L’exploitation et la maltraitance des éléphants dans un but lucratif sont légitimées lorsque la Province de Limpopo délivre ces autorisations pour la capture des pachydermes en présence de la NSPCA. »

Les six éléphants, âgés entre six et neuf ans, ont été arrachés à leur troupeau le lundi de Pâques dans la Réserve de Selati, près de Phalaborwa dans la province de Limpopo. Un hélicoptère a servi à effrayer la plus grande partie du troupeau. Des coups de feu auraient été tirés pour éloigner un jeune mâle qui tentait de rejoindre les plus jeunes éléphants capturés.

En outre deux autres jeunes éléphants du troupeau ont été immobilisés à l’aide de fléchettes pour être finalement déclarés inexploitables pour l’industrie du safari.

« Au delà de la capture des six éléphants, le fait d’en avoir immobilisé deux autres inutilement doit être solennellement condamné comme maltraitance. L’industrie du tourisme à dos d’éléphants est totalement insensible au sort des animaux et ne véhicule aucune valeur de sauvegarde de la vie sauvage même en apparence » déclare Bell-Leask.

Le safari à dos d’éléphant prétend sauver les animaux d’un massacre certain. IFAW rejette ce point de vue. Cette industrie arrache des éléphants à leur habitat naturel pour les confiner et les dresser de manière inadaptée et cruelle. Elle les exploite et ne prend absolument pas en compte les besoins physiques, comportementaux, psychologiques et sociaux de ces créatures extrêmement intelligentes. »

Une fois capturés, les animaux ont été transportés sur le site de dressage de l’EFAF à proximité de Tzaneen où ils ont été enfermés dans une ancienne plantation de tabac, placés séparément dans des boxes, sans lumière naturelle. Des pics à bétail auraient été apparemment utilisés pour les forcer à monter dans les camions puis à entrer dans les boxes.

IFAW s’est adressé à Rob Snaddon, Directeur de H L Hall & Sons, principaux actionnaires de la Réserve de Selati, qui a confirmé que la capture des éléphants a bien été autorisée et que l’un des représentants de la NSPCA était en effet présent.

Post a comment

Contact presse

Christina Pretorius (IFAW – Southern Africa)
Contact phone:
+27 21 424 2086
Contact portable :
+27 82 330 2558
Contact email: