La chasse aux phoques au Canada se heurte au changement climatique

Un pêcheur de phoques occupé à dépecer un bébé phoque du Groenland récemment abattu.Quelle semaine!

Les plans des membres du programme phoque du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) ont chamboulés aussi vite les pans de glace qui ont vu naître les bébés phoques du Groenland il y a quelques semaines, au large de la côte est du Canada. Désormais âgés d’environ trois semaines, ces jeunes animaux ont pour la plupart commencé à perdre leur fourrure blanche, ce qui marque malheureusement le coup d’envoi de la saison annuelle de la chasse aux phoques.

Il est toujours compliqué de savoir quand cette saison va débuter, et cette année n’a pas fait exception à la règle. Quelques heures seulement après avoir annoncé que la chasse aux phoques commerciale débuterait le 26 mars dans le Golfe du Saint-Laurent, le Ministère canadien des Pêches et des Océans (MPO) a subitement changé d’avis et déclaré que l’ouverture aurait finalement lieu le 22 mars.

Avec moins de 36 heures devant nous, il nous fallait agir vite, et c’est ce que nous avons fait. Le jour de l’ouverture, nous nous sommes envolés vers le plus grand (et peut-être le dernier) groupe de phoques encore présents dans le golfe, sur une petite plaque de glace située non loin des îles de la Madeleine.

Au lieu des 5 000 à 10 000 animaux annoncés, nous n’avons trouvé que quelques centaines de phoques, éparpillés sur les derniers morceaux de glace restant. Il y avait là des mères accompagnées de leurs bébés à la fourrure blanche, des mâles adultes et même quelques phoques à capuchon. Également présent sur les lieux, l’équipage de six bateaux de chasse frappait ou tirait sur le moindre animal rencontré.

Certains navires n’hésitaient pas à jeter les carcasses par-dessus bord, tandis que d’autres laissaient les peaux derrière eux. Ce genre de gaspillage, admis pour la chasse aux phoques, serait probablement réprimandé dans le cadre des autres chasses au Canada. De plus, en raison du nombre élevé de blanchons morts au cours des dernières années, du faible nombre d’animaux encore présents dans le Golfe et de l’effondrement du marché des produits issus du phoque, le fait-même que cette chasse puisse encore avoir lieu est particulièrement difficile à comprendre.

Bien qu’il soit extrêmement éprouvant de regarder des animaux sans défense se faire massacrer de la sorte, j’essaie de garder à l’esprit tout le chemin parcouru. Je suis de près la chasse aux phoques pour IFAW depuis 11 ans, et j’ai constaté un changement notable au cours des dernières saisons. Moins de navires, moins de phoques tués et, bien sûr, moins de glace – une glace essentielle à la survie de ces animaux durant les premières semaines de leur existence. Il semblerait que le réchauffement climatique ait sonné le glas de la chasse aux phoques du Groenland dans le golfe du Saint-Laurent, du moins pour le moment.

Bien que l’existence-même d’une telle chasse soit épouvantable, personne ne peut nier que notre action en faveur des phoques au Canada est en train de porter ses fruits.

À la fin de la première journée de chasse, 1 724 phoques ont officiellement été tués.

Nous devons continuer. Nous sommes tout près d’assister à la fin tant souhaitée de cette industrie cruelle, non durable et inutile.

Aidez IFAW à mettre fin à la chasse aux phoques en envoyant un message au gouvernement canadien.

Merci du fond du cœur.

-SF

Commentaires: 2

 
Anonyme
5 years ago

Comment cela se fasse que depuis des dizaines d années on se bat pour arrêter la chasse aux phoques leur massacre se fait dans des conditions atroces c est je pense juste une histoire d argent !

 
Anonyme
5 years ago

je suis choquée, moi fan de votre organisation de la violence avec laquelle les chasseurs font preuve je possède une page sur facebook : 30 millions d amis causes frédérique lemaire dont je me sert pour faire passer des messages sur cette horreur qui d année en année n évolue qu en barbarie je suis en trant de télécharger des vidéos que vous me transmettez par é-mail au plus grand journal français le JT de TF1, il y a deux ans un journaliste a pris en compte le reportage que je leur avait envoyé et il est passé au journal de 20heures, je ne vous remercierais jamais assez sur ce que vous faites pour nous, et si un jour il faut aller sur la banquise avec vous et un journaliste caméraman je transmettrais au maximum les vidéos que nous obtiendrons à la france entière et demanderai mème un rendez vous au président de la république s il le faut se sera la consécration de tous mes efforts durant toutes ces années! merci, merci.fred.

Post a comment

Nos experts

Directeur général
Directeur général
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice France et Afrique francophone
Directrice France et Afrique francophone
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Directeur régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord
Dr. Joseph Okori
Directeur régional Afrique Australe et directeur du programme de conservation des habitats
Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Faye Cuevas, Vice-présidente
Vice-présidente
Grace Ge Gabriel, Asia Regional Director
Directrice régionale Asie
Jeffrey Flocken, Directeur régional Amérique du Nord
Directeur régional Amérique du Nord
Kelvin Alie, Vice-président exécutif
Vice-président exécutif
Rikkert Reijnen, Directeur du programme criminalité faunique
Directeur du programme criminalité faunique
Représentant d’IFAW en Allemagne
Représentant d’IFAW en Allemagne
Tania McCrea-Steele, Chef de projet international Criminalité en ligne
Chef de projet international, Criminalité liée à la faune sauvage
Vivek Menon, Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW
Directeur du Wildlife Trust of India, partenaire d'IFAW