2 000 chiens volés sauvés par des défenseurs des animaux chinois alors que le gouvernement tarde à agir

Le vol de chiens pour alimenter le commerce de viande canine relève désormais du crime organisé.Le 2 mars dernier, un camion transportant 900 chiens en route vers l’abattoir a été arrêté par des défenseurs des animaux à Chongqing, en Chine.

Les activistes ont signalé le camion à la police, qui est intervenue suite à leur alerte. Mais les chauffeurs, des trafiquants de chiens, disposait d’un certificat de groupe de l’inspection sanitaire confirmant la légalité du transport, ce qui a suffi à décourager les policiers. Les défenseurs des animaux, eux, sont revenus à la charge, insistant pour inspecter chaque chien à l’intérieur du camion.

En ouvrant les portes, ils ont découvert des chiens entassés dans des cages d’élevage en batterie. Les animaux n’avaient aucune place pour se mouvoir, agglutinés les uns sur les autres dans des positions insoutenables, sans aucun accès à quelconque source d’air, d’eau ou de nourriture.

Dans de telles conditions, ces chiens risquent la mort par déshydratation, asphyxie ou insolation, sans compter les blessures et les innombrables maladies qu’ils peuvent attraper.

Après coup, les sauveteurs ont également découvert que le certificat d’inspection sanitaire était une contrefaçon.

En apprenant cette nouvelle, le bureau du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) en Chine a immédiatement réagi et relayé les informations de terrain aux activistes présents dans la région. Encore une fois, le public a pu constater la cruauté méthodique et insoutenable du commerce de la viande canine.

Le 5 mars, un autre camion transportant 1 300 chiens a été arrêté par d’autres défenseurs des animaux dans la province de Guizhou. Là aussi, les certificats présentés avaient été falsifiés. Ces deux arrestations répétées ont confirmé notre sombre pressentiment : le vol de chiens pour alimenter le commerce de viande canine est devenu la cible du crime organisé.

Bien que le commerce de viande canine soit légal, les pratiques constatées dans le secteur sont bien souvent en marge de la loi. Ainsi, les lois chinoises prévoient que chaque animal conduit à l’abattoir doit posséder son propre certificat de santé.

Ces certificats permettent de garantir que la viande est propre à la consommation humaine, et ils sont octroyés aux propriétaires de chiens sains achetés en toute légalité. Par conséquent, les chiens volés ne peuvent logiquement être munis de certificats valides. Mais, comme pour bon nombre de documents officiels, les certificats de santé sont falsifiables et il n’est pas rare que les trafiquants de chiens achètent ou produisent eux-mêmes des contrefaçons.

Si certains chiens destinés au commerce de viande canine sont bel et bien acquis dans le respect de la loi, un grand nombre est tout simplement volé. Une simple recherche de « vol de chiens » sur Google révèle l’existence de 135 000 publications sur le sujet.

Les voleurs utilisent des méthodes variées pour tromper les animaux peu soupçonneux : somnifères dissimulés dans de la nourriture, fléchettes tranquillisantes, cages piégées, etc. Il arrive parfois que les maîtres de ces animaux soient eux aussi endormis par des fléchettes s’ils tentent de résister aux trafiquants.

Une fois pris au piège, les chiens sont souvent placés dans des cages d’élevage en batterie, où ils vivent entassés les uns à côté des autres voire les uns sur les autres, sans nourriture, sans eau et sans le moindre confort pendant des jours. Ces cages sont empilées les unes sur les autres lors du transport en camion. Si les ventes sont mauvaises, les chiens peuvent rester dans cette situation pendant des jours, voire des semaines.

S’ils ont de la chance, les chiens volés sont interceptés et sauvés par des activistes comme cela s’est produit à Chongqing et dans la province de Guizhou. Mais tous ne partagent pas le même sort. C’est pour cette raison qu’IFAW en Chine a immédiatement relayé la situation aux défenseurs des animaux en Chine et demandé au gouvernement de tout mettre en œuvre pour faire cesser cette criminalité.

De nombreux citoyens chinois ont suivi notre exemple et ont réclamé une répression accrue pour éviter que ne se reproduisent de tels actes de cruauté.

Après ces deux interventions, environ 2 200 chiens ont été remis à des soigneurs par les forces de police. Les animaux ont été placés dans quatre refuges : deux à Chengdu, un à Kunming et un à Nanjing. Bien que ces refuges soient déjà bondés, certains ont aménagé des abris temporaires pour prendre soin de ces animaux.

La prise en charge de ces chiens sera coûteuse, longue et complexe.

Pour le moment, ils ont urgemment besoin d’être vaccinés. IFAW coordonnera l’aide à la vaccination dans les quatre refuges et offrira son expertise dans le domaine des soins vétérinaires et de la vaccination.

Zoetis, une entreprise d’une grande générosité, s’est déjà proposée pour fournir gratuitement environ 2 200 vaccins afin de protéger tous les chiens sauvés à Chongqing et à Guiyang.

IFAW défend avec détermination la cause des chiens en Chine et met en garde contre la falsification des certificats, le manque de réglementation et l’absence de contrôles, qui ont permis à ces actes de cruauté de se produire à de trop nombreuses reprises.

Malheureusement, le sauvetage d’animaux destinés à l’abattoir ne permet que de soigner les symptômes du mal et s’avère insuffisant pour endiguer ce commerce nauséabond.

Si ces sauvetages montrent les horreurs du commerce de viande canine au grand jour et ont permis d’attirer l’attention de l’opinion sur ce problème par-delà les frontières chinoises, il est essentiel que la demande s’infléchisse et que le gouvernement prenne les choses en main pour lutter contre cette criminalité et tarir la demande de viande canine.

- GGG

Pour en savoir plus sur les actions du Fonds international pour la protection des animaux en Chine, cliquez ici.

Post a comment

Nos experts

Directrice du programme Éducation et bien-être animal
Directrice du programme Éducation et bien-être animal
Cora Bailey, Directrice du Projet communautaire pour les animaux (CLAW)
Directrice du Projet communautaire pour les animaux (CLAW)
Dr. Ian Robinson, Vice-président, programmes et opérations internationales
Vice-président, programmes et opérations internationales
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Responsable du sauvetage d’animaux sauvages, siège d’IFAW
Hanna Lentz Chargée de programme/de campagne, siège d'IFAW
Chargée de programme/de campagne, siège d'IFAW
Jan Hannah
Responsable du projet Chiens nordiques
Kate Nattrass Atema, Directrice du programme Animaux de compagnie
Directrice du programme Animaux de compagnie
Vétérinaire, Docteur
Vétérinaire, Docteur
Rebecca Brimley, Conseillère en matière de programmes
Conseillère en matière de programmes
Manager du programme Interventions d’urgence
Manager du programme Interventions d’urgence