La Chine est l’un des plus grands consommateurs mondiaux de produits tirés des animaux sauvages : de l’ivoire d’éléphant aux ailerons de requins en passant par les cornes de rhinocéros et les écailles de pangolin. Depuis que l’IFAW a ouvert son bureau à Beijing, en 1997, nous sommes à l’oeuvre pour faire diminuer la demande pour ces produits en Chine. Avec l’apport essentiel des dirigeants et du personnel de notre bureau chinois, nous mettons sur pied des programmes efficaces, bien adaptés à la culture et aux usages locaux, afin de réduire la consommation des produits dérivés des animaux sauvages, de même que le commerce conventionnel et en ligne.

Dans son blogue, la directrice régionale de l’IFAW en Asie, Grace Ge Gabriel, parle régulièrement de notre travail pour combattre les crimes contre la faune, renforcer l’application des lois et sensibiliser les consommateurs en Chine.

Au cours de l’année 2012, des messages de sensibilisation de l’IFAW installés dans les aéroports, les gares de trains, les autobus et les quartiers résidentiels d’un bout à l’autre de la Chine ont été vus des centaines de millions de fois, et ils ont permis d’amasser des appuis en nature du secteur privé d’une valeur de près de 18 millions $US.

L’IFAW a publié un rapport intitulé Making a Killing—A 2011 Survey of Ivory Markets in China qui mettait à jour le commerce illégal de l’ivoire endémique en Chine. En réaction, le gouvernement chinois a implanté des mesures énergiques pour combattre le commerce illégal des produits fauniques – en ligne et dans les marchés conventionnels.

Les autorités chinoises ont aussi empêché, grâce à des informations fournies par l’IFAW, la tenue d’une vente aux enchères illégale de 400 bouteilles de vin « fortifié » aux os de tigres. Les autorités ont ensuite également interdit des ventes aux enchères d’ivoire, de cornes de rhinocéros, d’os de tigres et d’autres produits provenant d’animaux sauvages menacés. Plusieurs entreprises ont alors décidé d’annuler d’elles-mêmes leurs ventes aux enchères de produits dérivés d’animaux menacés.

À la demande de l’IFAW, Baidu.com, le plus important moteur de recherche mondial en langue chinoise, a retiré des listes de recherche 34 000 produits illégaux provenant d’animaux sauvages. Baidu a également fermé 13 forums de discussion spécialisés dans le commerce illégal de produits fauniques.

En juin 2011, une campagne de sensibilisation publique a été lancée conjointement par le service des douanes de la Chine, les autorités de la CITES et l’IFAW. Dans 1500 sites (aéroports internationaux, gares ferroviaires, bureaux de poste et bureaux de douane), on a installé des banderoles pour avertir les voyageurs que le commerce illégal de produits de la faune est criminel.

De concert avec le gouvernement chinois, l’IFAW a persuadé plusieurs sites de vente par Internet d’adopter des politiques interdisant la vente de produits provenant d’animaux sauvages. Dès 2005, Taobao.com avait interdit la vente de certains produits (os de tigres, cornes de rhinocéros, bile d’ours, carapaces de tortues, écailles de pangolin, ailerons de requin). Plusieurs autres sites spécialisés ont maintenant emboîté le pas et adopté des politiques internes de vente par Internet plus sévères que ce qu’exige la loi chinoise actuelle de protection des espèces sauvages.

Au printemps 2012, grâce aux renseignements fournis par l’IFAW, les autorités chinoises ont lancé une des plus grandes opérations contre le commerce illégal de produits fauniques de l’histoire du pays. Résultat : on a confisqué plus de 130 000 animaux sauvages et produits fabriqués à partir d’animaux sauvages, on a fermé 7155 boutiques dans les rues commerçantes et 628 magasins de vente en ligne, et on a retiré du réseau Internet les informations sur la vente de produits illicites.

Comme on le voit, l’implication et le travail à long terme de l’IFAW pour promouvoir la conservation et le bien-être des animaux en Chine engendrent des résultats prometteurs.

Un concept de l’IFAW pour les examens

Il y a quelque temps, l’IFAW a lancé une campagne intitulée « Regarde maman, j’ai des dents! », où on voyait un jeune éléphant parler à sa mère, pour inciter les Chinois à dire Non aux produits en ivoire. La campagne a eu tellement de succès que la direction de l’enseignement de la province de Zhejiang a réutilisé ce concept dans le cadre de la partie « langue chinoise » des examens d’entrée nationaux au collège. Plus de 300 000 élèves ont passé ces examens dans la province de Zhejiang en 2011.

Une formation de l’IFAW pour les professeurs et les guides chinois

Au fil des ans, l’IFAW a donné des formations à plus de 130 professeurs et chargés d’enseignement chinois sur le bien-être et la conservation des animaux sauvages. La direction de l’enseignement de Chine a même rendu la formation offerte par l’IFAW obligatoire pour l’avancement des professeurs au site de conservation des éléphants de l’IFAW dans la province de Yunnan. La direction a aussi incorporé les concepts de bien-être animal et de conservation des espèces dans les plans de cours officiels. L’IFAW a également élaboré un manuel de formation sur le bien-être et la conservation des animaux à l’intention des guides touristiques de la région.

Des élèves qui agissent pour la animaux

Entre les mois d’octobre 2011 et janvier 2012, 180 000 élèves chinois, provenant de plus de 200 écoles dans 16 villes et provinces, ont participé à la semaine de sensibilisation Agir pour les animaux de l’IFAW. Près de 25 000 élèves ont signé la pétition « Oui à la protection des éléphants – Non à l’ivoire » pour demander qu’on mette fin au commerce de l’Ivoire.

Faire un don

Notre travail dépend de votre générosité. Svp, aidez-nous à protéger les animaux.