Rôle et fonctionnement de l’IWC

L’International Whaling Commission (IWC), ou Commission baleinière internationale, est l’organisme responsable de la gestion de la chasse et de la conservation des baleines à l’échelle mondiale.

Pays membres et dirigeants

Tous les pays qui adhèrent formellement à la Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine de 1946 peuvent devenir membre de l’IWC. Chaque pays membre – ils sont 89 à l’heure actuelle – nomme un commissaire (ce dernier sera souvent entouré de différents experts et conseillers). Les commissaires élisent entre eux le président et le vice-président de l’IWC ; leur mandat est habituellement de trois ans.

Le mode de scrutin

Chaque pays membre en règle de l’IWC a un droit de vote, peu importe sa population ou son importance économique, et sans égard au fait qu’on y pratique ou non la chasse à la baleine.

Pour être adoptées, les résolutions doivent faire l’objet d’un vote des pays membres. Pour toutes les résolutions non exécutoires relatives aux baleines ou à la chasse, une majorité simple suffit. Pour les décisions exécutoires (par exemple, le renversement du moratoire sur la chasse ou la création d’un nouveau sanctuaire) il faut une majorité renforcée (de 75 %).

Des votes à vendre

Dans le but de manipuler l’adoption ou le rejet des résolutions, le Japon s’affaire à acheter les votes et l’appui de nombreux pays. Il espère ainsi former un bloc pro-chasse suffisamment important pour éventuellement contrôler toutes les résolutions à majorité simple. Même des pays sans accès à la mer, comme la Mongolie, sont devenus membres de l’IWC et ils alignent leurs votes sur ceux du Japon. Ce bloc a déjà fait échouer des résolutions qui auraient permis de créer de nouveaux sanctuaires baleiniers dans le Pacifique Sud et l'Atlantique Sud.

Lors de la rencontre de l’IWC de 2011, on a adopté une proposition pour lutter contre la corruption en interdisant le paiement en espèces des frais d’adhésion et en exigeant une plus grande transparence à l’intérieur de l’organisme.