La vérité sur la chasse « scientifique »

La chasse aux baleines est interdite à l’échelle mondiale, mais le Japon utilise une disposition de la Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine de 1946 qui permet de tuer des baleines à des fins scientifiques. L'argument de la chasse « scientifique » a également été utilisé par la Norvège et l'Islande pour contourner les règles. En réalité, cette chasse n’apporte pratiquement aucune information scientifique utile; elle constitue tout simplement une chasse commerciale déguisée. Soulignons aussi que les pays qui pratiquent la chasse édictent leurs propres quotas; ils ne sont pas établis par la Commission baleinière internationale.

  • Le permis de chasse scientifique est accompagné d’une obligation d’utiliser la viande (donc de la vendre ou la donner). À toutes fins pratiques, ce permis équivaut à un permis de vente pour la viande de baleine.
  • Ce sont les pays demandeurs eux-mêmes qui accordent les permis de chasse scientifique. Autrement dit, le Japon approuve son propre permis, sans explications ni contrôle extérieur.
  • Ce n’est pas une coïncidence si les seuls pays qui se prévalent de la chasse scientifique sont des pays qui cherchent à développer des marchés pour la viande de baleine. En 2009 seulement, le programme « scientifique » du Japon a entraîné la mort de centaines de baleines.

Il est triste de constater que l’on puisse qualifier de recherche scientifique une activité fondée sur l’abattage massif d’une espèce.

De nombreuses solutions de rechange

À l’ère des analyses d’ADN et des techniques d’observation à distance, les scientifiques n’ont vraiment pas besoin de tuer des baleines pour les étudier. Au contraire, on peut prélever des échantillons de toutes sortes façons : dans les morceaux de peau que les baleines perdent, dans les matières fécales, la graisse, etc. On peut même récolter des échantillons dans l’air qu’expirent les baleines par leur évent, notamment pour détecter les éléments pathogènes.

Par ailleurs, la seule façon fiable de récolter des données pour estimer les populations et les tendances démographiques, c’est de compiler les observations et de faire appel à d’autres méthodes inoffensives, comme l’identification photo et les sondages acoustiques.

Les scientifiques du navire de recherche de l’IFAW, le Song of the Whale, ont mis au point toute une gamme de méthodes et de technologies pour étudier les baleines sans leur faire de mal.