La chasse commerciale aux baleines a été interdite à l’échelle mondiale en 1986. Pourtant, chaque année, on tue encore environ un millier de baleines dans le cadre d’une chasse cruelle et non nécessaire. En effet, des flottes de bateaux du Japon, de la Norvège et de l’Islande continuent à harponner ces animaux intelligents et doués de sensations. Cette chasse est décriée presque partout dans le monde, mais elle est soutenue par les gouvernements de ces pays. Contrairement à ce que l’on entend parfois, il s’agit d’une activité commerciale, axée sur les profits et inutile d’un point de vue scientifique.

L’IFAW pose des gestes concrets pour mettre fin à la chasse

  • Nous utilisons les dispositions des traités internationaux et toutes les stratégies juridiques possibles pour mettre fin à la chasse commerciale aux baleines.
  • Nous dénonçons la chasse soi-disant scientifique et nous démontrons que l’on peut très bien faire des recherches scientifiques approfondies sur les mammifères marins sans les blesser ni les tuer.
  • Nous rétablissons les faits en ce qui concerne la rentabilité de la chasse pratiquée par les Japonais et nous démontrons qu’elle survit uniquement parce qu’elle est subventionnée avec l’argent des contribuables.
  • Nous appuyons les activités d’observation responsables parce que nous croyons que, de nos jours, c’est la seule façon d’exploiter le potentiel des baleines dans un contexte de développement durable.
  • Nous révélons les cas de chasse illégale grâce à des analyses d’ADN prélevé dans la viande de baleines menacées vendue au Japon et en Corée.

L’Australie fait appel à la Cour internationale de Justice pour contrer la chasse pratiquée par le Japon

La protection des baleines fait partie des priorités de l’IFAW. Fort de ses nombreux succès, notre bureau de Sydney est à l’avant-garde des mesures pour mettre fin à cette chasse cruelle et inutile dans l’Océan Antarctique.

L’Australie a interdit la chasse en 1978, mais ses baleines sont quand même encore en danger. En 2007, dans le cadre d’une réunion de la Commission baleinière internationale tenue en Alaska, un groupe d’experts a clairement défini les outils juridiques que le gouvernement australien pourrait utiliser pour empêcher le Japon de chasser les baleines dans l’Antarctique.

De 2006 à 2009, l’IFAW a constitué quatre groupes d’experts en droit international et ils en sont venus à la conclusion que la chasse aux baleines pratiquées par le Japon dans l’Océan Antarctique était illégale. En mai 2010, l’Australie a déposé une requête contre la chasse « scientifique » du Japon devant la Cour internationale de Justice de La Haye. Il s’agissait du premier cas relié à l’environnement ou aux animaux sauvages présenté à cette cour. En juin 2013, la Cour internationale a entendu l’argumentation orale de l’Australie et du Japon.

L’IFAW estime que ces audiences ont démontré que les « recherches » que le Japon prétend effectuer en chassant les baleines n’ont aucune valeur scientifique. Nous souhaitons que le sanctuaire de l’Océan Antarctique devienne enfin un véritable lieu protégé pour les centaines de milliers de baleines qui viennent s’y nourrir chaque année.

Faire un don

Notre travail dépend de votre générosité. Svp, aidez-nous à protéger les animaux.