Chaque année, les blanches étendues glacées de la côte Est du Canada se transforment en bain de sang. C’est parce qu’on y abat brutalement des dizaines de milliers de bébés phoques. Leur fourrure servira à fabriquer des produits de luxe.

L’IFAW a été fondée en 1969, précisément pour mettre fin à cette chasse cruelle. Dans les années 1980, grâce à notre travail, et à l’appui de millions de personnes scandalisées par ces pratiques, nous avons enregistré des victoires importantes pour la protection des phoques. En Europe, par exemple, on a interdit l’importation de peaux provenant des blanchons de phoques du Groenland et de dos bleus (le nom qu’on donne aux phoques à capuchons nouveau-nés).

À la fin des années 1990, malgré les fortes pressions internationales, le gouvernement canadien a posé des gestes impensables : il a dépensé des millions de dollars pour promouvoir l’abattage des phoques du Groenland, et il a même augmenté les quotas. Aujourd’hui, il est clairement démontré que cette chasse est cruelle, et on s’y oppose dans le monde entier, Pourtant, le gouvernement canadien continue à appuyer l’industrie. En conséquence, les pressions internationales s’accentuent.

Le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne ont interdit le commerce des produits du phoque provenant de la chasse commerciale. Cette interdiction, entrée en vigueur en août 2010, constitue une victoire majeure pour mettre fin à une pratique cruelle et inutile. L’interdiction vise l’importation, l’exportation et la vente sur le territoire de l’Union européenne de tout produit provenant de phoques du Groenland ou de phoques à capuchons abattus dans le cadre de la chasse commerciale.

Autre victoire importante, à l’automne 2011, l’Union douanière Russie - Bélarus - Kazakhstan a interdit l’importation et l’exportation des peaux de phoques du Groenland. Selon le gouvernement canadien, la Russie importait 90 % des peaux de phoques du Canada.

À l’heure actuelle, la chasse commerciale rapporte moins que ce qu’il en coûte pour la soutenir. Année après année, le nombre de chasseurs actifs diminue. Bref, l’industrie est en déclin constant.

Cela dit, tant que le Canada n’aura pas mis fin pour de bon à la chasse commerciale, nous serons là pour la combattre. Nous allons continuer à documenter les pratiques cruelles, à présenter nos preuves aux autorités, à faire des recherches, à sensibiliser le public, à faire pression pour qu’on adopte des lois plus sévères et à militer pour qu’on ferme les débouchés commerciaux des produits dérivés du phoque.

D’autres liens intéressants :

Faire un don

Notre travail dépend de votre générosité. Svp, aidez-nous à protéger les animaux.