FAQ sur le phénomène des échouages

Quelle est la définition d’un échouage?

Aux États-Unis, le service des pêches maritimes de la National Oceanic and Atmospheric Administration définit ainsi un « animal échoué » : tout mammifère marin mort sur le rivage; une baleine vivante ou un dauphin vivant échoué sur le rivage ou incapable de retourner dans son habitat naturel; un phoque vivant qui ne peut pas quitter le rivage parce qu’il est blessé ou en mauvaise santé.

On parle d’un échouage individuel lorsqu’un dauphin, une baleine, un marsouin ou un phoque échoue sur le rivage, qu’il soit mort, ou vivant mais ayant besoin d’aide. Un échouage collectif est un événement où deux animaux ou plus (dauphins ou baleines) s’échouent en même temps et à proximité l’un de l’autre (à l’exclusion d’un duo mère/petit). Précisons que les phoques et les baleines à fanon ne sont pas sujets aux échouages collectifs.

Les échouages collectifs peuvent impliquer plus de 100 individus à la fois. À Cape Cod, on observe de fréquents échouages individuels et collectifs. Chaque année, en moyenne, 226 animaux viennent s’échouer sur le rivage.

Quelles sont les espèces de mammifères marins qui s’échouent à Cape Cod?

Depuis 1998, année où le réseau de surveillance des échouages a commencé à répertorier systématiquement les animaux échoués, on a relevé quatre espèces de phoques et 15 espèces de cétacés (dauphins, baleines et marsouins).

Pourquoi y a-t-il tant d’échouages collectifs à Cape Cod?

Cape Cod est l’un des quelques endroits au monde où l’on observe régulièrement des échouages collectifs de baleines, dauphins et marsouins. Il existe différentes théories pour expliquer ces échouages, mais la plupart demeurent mystérieux. Dans le cas de Cape Cod, même si nous ne pouvons pas toujours cerner avec certitude les causes d’un échouage en particulier, nous savons que plusieurs facteurs peuvent jouer un rôle :

  • Les liens sociaux. Certaines espèces de cétacés sont unies par des liens sociaux très puissants. En temps normal, cette cohésion sociale à l’intérieur des groupes est très positive; elle permet notamment aux animaux de chasser de façon plus efficace et d’échapper plus facilement aux prédateurs. Toutefois, ces mêmes liens peuvent engendrer des problèmes lorsqu’un individu (dominant, blessé ou très jeune, par exemple) s’aventure dans un secteur côtier aux marées prononcées. En pareils cas, il arrive souvent que le groupe le suive vers le rivage, ce qui peut entraîner un échouage collectif lorsque la marée redescend.
  • La topographie des côtes. Chaque année ou presque, Cape Cod figure parmi les trois endroits au monde où l’on enregistre le plus grand nombre d’échouages collectifs. Plusieurs de ces endroits ont des points communs avec Cape Cod en matière de topographie des côtes, notamment une bande de terre en forme de crochet qui s’avance dans la mer, des plages en pente douce et un système estuarien au tracé complexe.
  • Les marées. Les espèces le plus souvent touchées par les échouages collectifs sont des espèces dites pélagiques, c’est-à-dire qui vivent au large des côtes. Dans la région de Cape Cod, ce sont surtout des dauphins (communs, à flancs blancs, pilotes et de Risso). Comme ces animaux passent la majeure partie de leur vie en haute mer, en eaux profondes, ils ne sont pas habitués aux marées. Lorsqu’ils s’approchent des côtes, ils peuvent donc se retrouver à sec lorsque la marée redescend.
  • Les conditions météorologiques. Les scientifiques croient que les conditions météorologiques extrêmes pourraient jouer un rôle dans les échouages collectifs. D’après notre expérience sur le terrain, cela semble avoir été le cas pour certains échouages survenus à Cape Cod. Des vents puissants, combinés à de grandes marées, pourraient pousser les animaux près du rivage; ils demeureraient ensuite coincés à terre lorsque la marée redescend.