Quota d’abattage de 400 000 phoques du Groenland : le MPO fait fi de ses propres avis scientifiques

Jeudi, Mars 22, 2012
TORONTO

Le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) a établi à 400 000 le total autorisé des captures (TAC) de phoques du Groenland pour 2012. Selon le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), en agissant de la sorte, il est clair que le MPO ne tient pas compte de l’absence de débouchés commerciaux pour les produits du phoque. Le MPO continue à refuser de protéger nos ressources marines et il ne respecte pas les obligations internationales du Canada en matière de gestion des pêches.

« En fixant le TAC à 400 000 phoques du Groenland, le ministre Ashfield se trouve à rejeter les avis scientifiques de son propre ministère, expliquait Sheryl Fink, la directrice du programme de protection des phoques à l’IFAW. En fait, avec cette décision, on ne peut même plus parler d’un plan de gestion. De plus, les chasseurs savent très bien qu’il n’existe aucun marché pour de pareilles quantités de phoques morts. En optant pour un quota aussi élevé, le ministre désavoue les scientifiques du gouvernement canadien, et il insulte les chasseurs. »

Selon le plan de gestion des phoques du MPO , les TAC doivent être établis en tenant compte des données récentes en ce qui concerne les populations, les changements aux conditions environnementales et les résultats de la chasse dans le Canada arctique et au Groenland. Or, les scientifiques du ministère ont récemment souligné différents éléments importants : la population de phoques du Groenland est en baisse, la productivité du troupeau a subi un déclin marqué, on enregistre une augmentation de la fréquence des années avec mauvaises conditions de glace, et la chasse non réglementée qu’on pratique au Groenland aura un impact majeur sur la population dans les années à venir. Dans un rapport récent sur l’état de la population des phoques du Groenland, préparé par des scientifiques du MPO, les auteurs concluent que « la récolte maximale qui respecterait le plan de gestion dans le cadre de la présente évaluation est de 300 000 animaux. » 

« À la lumière des préoccupations soulevées par les scientifiques en matière de conservation, et compte tenu de la situation actuelle du marché, il est difficile de comprendre comment le ministre peut justifier un quota aussi élevé, ajoutait Fink. Le Canada est déjà sévèrement critiqué parce qu’il n’assume pas ses responsabilités internationales dans le secteur des pêches. Maintenant, la communauté internationale va réaliser que même quand nous avons un plan, nous ne le respectons pas. »

Les principaux débouchés traditionnels pour les produits du phoque n’existent plus et, selon l’IFAW, ce n’est qu’une question de temps avant que la chasse commerciale ne cesse complètement. La valeur économique de la chasse aux phoques dans l’Atlantique a chuté radicalement au cours des cinq dernières années. En 2011, seulement 225 chasseurs ont pris part à la chasse annuelle et la valeur au débarquement des phoques dépassait à peine le million de dollars. Tout récemment, la Russie, le Bélarus et le Kazakhstan ont adopté des restrictions sur les produits dérivés du phoque, tout comme l’avaient fait avant eux l’Union européenne, les États-Unis et le Mexique.

« La chasse commerciale aux phoques est à l’agonie. La question qui se pose maintenant, c’est : est-ce que le gouvernement canadien va enfin se décider à agir pour aider les chasseurs à quitter cette industrie? Ou bien il va continuer à soulever de faux espoirs en fixant des quotas élevés et en affirmant qu’il y a un avenir pour cette industrie alors que ce n’est manifestement pas le cas? »

L’IFAW demande au gouvernement fédéral de mettre fin à la chasse commerciale aux phoques. Au lieu de gaspiller l’argent des contribuables pour soutenir une industrie moribonde et non rentable, le gouvernement devrait investir pour implanter des solutions de rechange pour les chasseurs et leurs collectivités.

Sheryl Fink est disponible pour des entrevues média. Pour organiser une entrevue ou en savoir davantage sur cette campagne de l’IFAW, svp communiquer avec :

Michelle Cliffe
Responsable des communications
IFAW Canada
647-986-IFAW (4329)
mcliffe@ifaw.org

Twitter: @ifawcanada

www.ifaw.org/seals

[1] http://www.dfo-mpo.gc.ca/fm-gp/seal-phoque/reports-rapports/mgtplan-planges20112015/mgtplan-planges20112015-fra.htm#c3.7.1

[1] Hammill, M.O., G.B. Stenson, T. Doniol-Valcroize, A Mosnier.  2011. Tendances de la population de phoques du Groenland de l'Atlantique Nord-Ouest, 1952-2012. Résumé et page 9. http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas-sccs/Publications/ResDocs-DocRech/2011/2011_099-fra.html

Post a comment

Contact presse

Michelle Cliffe, Global Communications Lead, Seals
Contact portable :
647-986-IFAW (4329)
Contact email:

Nos experts

Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national, Allemagne
Directeur national, Allemagne
Sonja Van Tichelen
Directrice régionale, Union européenne