Créer des passages sûrs pour les éléphants indiens

 

Les éléphants d’Asie sont dans une situation dangereuse. A cause de la perte, du morcellement et de la dégradation de l’habitat ainsi que du braconnage pour l’ivoire, il n’y a plus que 35 à 45 000 éléphants d’Asie à l’état sauvage. Il faut mettre en oeuvre des mesures rapides pour que ces quelques miraculés survivent.

En Inde, IFAW et notre organisation partenaire, le Wildlife Trust of India, focalisent leur attention sur la création de liens appelés « corridors » entre les zones d’habitat. En travaillant avec des chercheurs spécialisés dans les éléphants, des responsables des forêts et d’autres organisations, nous avons identifié 88 corridors migratoires pour aider les éléphants à migrer pour trouver nourriture et eau.

Le corridor pour éléphants de Kaziranga- Karbi Anglong

L’un de ces corridors est celui de Kaziranga-Karbi Anglong à Panbari dans l’Assam ; il relie la population d’éléphants du parc national de Kaziranga au sanctuaire animalier de South Karbi Anglong, une zone qui peut permettre à presque 2 000 éléphants de vivre.

Ce corridor a une superficie de presque 72,5 hectares, dont 15 ont été acquis par le gouvernement. La surface agricole restante est la propriété des habitants du Methoni Tea Estate et des villages de Siljuri-Kakojuri.

Bien que l’administration civile et que le Département des forêts de l’Assam aient essayé de sécuriser cet important corridor migratoire, les propriétaires fonciers de la région pensent que le montant offert par le gouvernement n’est pas suffisant. En 2007, nous avons commencé à travailler avec les personnes impliquées dans ce corridor pour acheter les terres et améliorer la vie des villageois y résidant.

Après de nombreuses négociations, nous avons offert le même montant que le gouvernment. Les habitants de Siljuri-Kakojuri ont donné leur accord écrit pour la cession de leurs terres, qui représentent environ 70 % du corridor, et ces terres ont été acquises en décembre 2009.

Outre la compensation financière, l’accord comprenait d’autres activités destinées à améliorer la vie des communautés.

Dans l’un des villages, il y avait un grave problème de manque d’eau potable propre. Pour le résoudre, IFAW a installé deux pompes manuelles. En outre, le bâtiment de l’école primaire était en mauvais état et souffrait d’un manque de fournitures et d’équipements ; nous avons donc aidé les villageois à rénover l’école et nous leur avons fourni des bureaux, des chaises et des kits d’apprentissage pour améliorer l’éducation de base de leurs enfants.

Nous nous efforçons encore de parvenir à un accord avec les habitants du village de Methoni.