Les tests ADN fournissent les preuves de la chasse illégale à la baleine

Depuis 1995, des recherches menées périodiquement par IFAW ont révélé que le Japon et la Corée étaient impliqués dans la chasse de baleines menacées de disparition et la vente illégale de leur viande.

Les analyses ADN d’échantillons de viande de baleine nous ont permis d’identifier l’espèce et l’origine géographique de chacun des échantillons. Nous avons ainsi découvert :

  • Des baleines à bosses, espèce protégée depuis 1966. La viande de baleine à bosse trouvée actuellement sur les marchés ne peut provenir de baleines tuées avant cette date.
  • De la viande de rorqual commun, importée d’Islande jusqu’en 1991, date à laquelle ces importations se sont arrêtées. De la viande de rorqual commun a été stockée au Japon et en Corée, mais la quantité disponible actuellement sur leurs marchés est bien plus importante que ce que l’on pourrait penser.
  • De la viande de rorqual de Bryde ou d’orque, bien que les rorquals de Bryde aient été protégés entre les années 1987 et 2000 et que les orques le soient continuellement depuis 1997.
  • Des rorquals boréals, dont la chasse est arrêtée dans l’hémisphère sud depuis 1979.

La création d’une faille juridique…
Après la publication en 1995 des recherches menées par IFAW, le Japon est intervenu pour légaliser la vente de viande de baleines « accidentellement » prises dans les filets des pêcheurs japonais.

En acceptant cette faille juridique, la CBI a donc autorisé la vente de viande de baleines protégées.