Le tourisme exploitant les éléphants sous le feu de la critique après l’amputation d’un dresseur piétiné par un éléphant

Lundi, Juin 6, 2011
Le Cap, Afrique du Sud
Les blessures graves causées à un meneur d’éléphants piétiné lors d’une charge en Afrique du Sud braque de nouveau les projecteurs sur les dangers d’une forme de tourisme mue par l’avidité et sans bénéfice pour la conservation, a déclaré IFAW.

Samedi, un meneur d’éléphants du Parc d’éléphants de Knysna, à l’ouest de la Province du Cap en Afrique du Sud, a été attaqué par un éléphant qui l’a blessé grièvement. Il a dû être amputé d’une jambe. En juin 2005, ce même éléphant appelé « Harry » et présenté comme la principale “attraction” du parc, avait attaqué et tué un meneur du parc.

“Le domptage et la formation des éléphants pour l’industrie des safaris et le divertissement du public sont injustifiables et devraient être arrêtés. C’est une forme de tourisme qui n’a aucun bénéfice pour la conservation et qui n’est absolument pas réglementée” a déclaré Jason Bell-Leask, Directeur du bureau Sud-Africain d’IFAW et du programme Eléphant.

Jason Bell-Leask a déclaré qu’aucune loi en Afrique du Sud ne régit les méthodes utilisées pour former les éléphants pour les safaris, et qu’aucune formation ni initiation n’est dispensée aux dresseurs ou aux meneurs pour conduire les éléphants. »

“Nos enquêtes sur le dressage et la formation des éléphants pour cette industrie ont montré que d’importantes cruautés sont nécessaires pour soumettre ces animaux. »

“Historiquement, l’argument habituel des  acteurs du tourisme consiste à dire qu’en arrachant des éléphanteaux à leur milieu naturel pour l’industrie du safari, ils les sauvent d’une mort certaine à l’abattoir, alors que cela est totalement faux. »

“Fort heureusement, cette pratique a été arrêtée, mais cela n’a pas solutionné le problème des éléphants déjà pris dans le système des safaris. C’est une industrie mue par la cupidité et par des protagonistes parties prenantes d’une pratique qui permet de soumettre des éléphants à un dressage d’exploitation injuste, cruel, et qui n’accorde aucune attention aux besoins psychologiques et sociaux de ces animaux éminemment intelligents” a déclaré Jason Bell-Leask.

“Le tourisme qui s’appuie sur des éléphants captifs n’est pas un tourisme durable et ne devrait être soutenu en aucune manière. Les éléphants sont fait pour vivre en liberté,” a-t-il conclu.

Post a comment