Le Japon invité à rappeler sa flotte baleinièr

Mardi, Décembre 7, 2010
Londres
IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) a invité le Japon à rappeler sa flotte baleinière suite à l’information selon laquelle ses navire-usines auraient quitté le port le 2 décembre pour l’Antarctique afin d’y harponner environ 1000 baleines.

Allant à l’encontre de l’opposition générale et de plusieurs lois internationales, la flotte baleinière du Japon fait route vers  les sanctuaires vierges de l’Océan austral pour tuer jusqu’à 935 petits rorquals et 50 rorquals communs, une espèce en danger. De plus, le Japon n’a toujours pas officiellement abandonné ses projets visant à chasser 50 baleines à bosse, une espèce classée comme vulnérable.

Malgré l’interdiction internationale de cette chasse, le Japon chasse la baleine dans l’Antarctique sous prétexte de chasse scientifique.

Patrick Ramage, Directeur du Programme international sur les baleines d'IFAW, a déclaré: "Il n’y a, en pratique, aucune science dans la chasse à la baleine scientifique; en réalité la recherche sur les baleines vivantes nous fournit toutes les données requises pour percer les secrets de ces incroyables mammifères ».

"Le témoignage concret de la chasse à la baleine scientifique du Japon se résume à la viande en vente sur le marché au poisson à Tokyo et ailleurs au Japon, montrant ainsi que la chasse à la baleine scientifique est simplement  une chasse commerciale qui ne dit pas son nom."

IFAW s’oppose à la chasse à la baleine car c’est une pratique cruelle et inutile. Il n’existe en effet aucun moyen humain de tuer une baleine. L’analyse des vidéos de la chasse à la baleine par des scientifiques d’IFAW a permis d’établir que les baleines pouvaient agoniser pendant plus d’une demi-heure.

Le gouvernement australien a déposé une plainte auprès de la Cour Internationale de Justice contre la chasse à la baleine menée par le Japon dans l’Océan Austral. IFAW appelle tous les gouvernements à engager l’action diplomatique la plus rigoureuse contre le Japon et à exiger qu’il mette fin à son programme de chasse à la baleine sur-le-champ. Le Japon a ignoré les précédents appels, il faudra donc une action bien plus radicale pour produire un effet.

P. Ramage a ajouté: "Continuer à chasser les baleines au 21ème siècle n’est pas digne d’une grande nation comme le Japon. Il y a tellement de pays dans le monde qui récoltent les fruits du seul usage vraiment durable que l’on peut faire des baleines, à savoir leur observation, qui génère le chiffre stupéfiant de 2.1 milliards de dollars par an soit plus de 1.58 milliards d’euros »

"Nous invitons le Japon à rejoindre la révolution que représente l’observation des baleines et à tourner le dos à l’industrie coûteuse et morbide qui entache sa réputation."

Le 4 novembre dernier, IFAW a mis en scène un événement dans le port de Darling à Sydney en Australie, en simulant des souffles de baleines, comme des écrans d’eau  sur lesquels étaient projetés les faits horribles rappelant au public la cruauté de la chasse à la baleine du Japon.

Post a comment

Contact presse

Patrick Ramage (IFAW Etats-Unis)
Contact portable :
+1 508 776 0027
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines