Atelier de formation à Sainte Lucie: IFAW cible le commerce illégal de la faune sauvage dans l’Organisation des Etats de la Caraïbe Orientale

Mardi, Octobre 26, 2010
Castries, Ste Lucie
Plus de 35 officiers venus de 8 pays ont entamé hier une formation de 4 jours dédiée à accroitre leur efficacité dans le lutte contre le commerce illégal de la faune sauvage. Cet atelier est organisé conjointement par IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) et le Ministère de l’Agriculture, du Territoire, de la Pèche et de la Forêt, à Sainte Lucie

Cette formation va aider les agents des douanes, les gardes forestiers, les officiers de police, les vétérinaires et agents de la force publique des îles de l’Organisation des Etats de la Caraïbe Orientale : Saint Domingue, Ste Lucie, Grenade, Antigua et les Bermudes, Saint Vincent et la Grenadine, St Kitts et Nevis, Anguilla et les Iles Vierges.

Kelvin Alie, Responsable du Programme sur le commerce des espèces sauvages d’IFAW a indiqué que « le monde s’est retrouvé à Nagoya au Japon pour savoir comment sauver la biodiversité, dont une grande partie se trouve ici. IFAW pense que ce genre d’atelier de formation joue un rôle vital pour lutter contre l’érosion de la biodiversité en réduisant le commerce illégal de la faune sauvage et le terrible coût environnemental qu’il induit ».

Cette formation d’IFAW à l’application de la loi sur la faune sauvage est la quatrième dans la région depuis 2007. Elle aborde les réglementations internationales sur la faune sauvage, la coopération inter-agence, l’application et la mise en œuvre de la CITES, l’identification des espèces, le crime contre la faune sauvage et les poursuites, et enfin les soins et le transport des animaux saisis. La formation souligne la nécessité de partager l’information  recherchée pour prévenir le commerce illégal et enseigne les techniques de terrain  utiles à l’identification et à la manipulation des espèces qui font communément l’objet de trafic dans la région.

La Caraïbe orientale est riche d’une grande biodiversité et abrite nombre d’espèces menacées et en danger comme les perroquets, les serpents et des amphibiens. Néanmoins le commerce illégal et destructeur de la faune sauvage fait peser une menace majeure sur cette irremplaçable biodiversité. De nombreuses espèces sont pillées pour répondre à la demande mondiale d’animaux, de viande et de produits de consommation exotiques.

Lundi, dans son allocution d’ouverture, M. Hubert Emmanuel, secrétaire général du Ministère de l’Agriculture, du Territoire, de la Forêt et de la Pêche a souhaité la bienvenue aux participants à Sainte Lucie et a ajouté : « Il y a un besoin urgent de collaborer et de travailler en réseau  entre les îles de la Caraïbe pour infléchir l’impact toujours plus grand du commerce illégal de la faune sauvage. » M. Hubert Emmanuel a également adressé un sévère avertissement à tous ceux qui ferment les yeux sur la contrebande d’espèces sauvages car « son ministère n’épargnera pas ses efforts pour faire respecter les lois de protection de la faune sauvage de Sainte Lucie ».

Par le passé IFAW a organisé des formations de prévention du trafic d’espèces sauvages à Trinidad et Tobago, en Dominique et en Guyane, de même qu’en Afrique orientale et en Afrique du Nord ou encore en Océanie. Toutes ont été bien accueillies et ont été jugée efficaces par les participants.

Post a comment