La CBI face à un choix décisif: Science et Conservation ou sanction du massacre?

Lundi, Juin 22, 2009
Madère, Portugal

Les représentants de plus de 80 pays ont ouvert la 61ème session annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI). Au terme d’une année de discussions à huis clos, c’est un constat d’échec. Les tractations n’ont pas permis d’obtenir de la part du Japon, de l'Islande et de la Norvège le respect des procédures scientifiques de la CBI et l'interdiction de la chasse commerciale des baleines

Les délégués pro- conservation présents à cette session, qui se tiendra cette semaine à Madère, déclarent que l'enjeu est d'importance pour les baleines et pour les efforts entrepris depuis des décennies afin de les protéger. 

Les baleines qui peuplent notre planète sont confrontées à un nombre grandissant de menaces," déplore Patrick Ramage, Directeur du Programme sur les baleines d'IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org). "Il est temps d’éradiquer cette chasse, l’heure n’est plus à l’embargo."

Un moratoire de la CBI sur la chasse commerciale est entré en vigueur en 1986. Depuis, le gouvernement japonais a autorisé l’abattage de près de 12 000 baleines, en profitant d'une disposition de la convention qui autorise la chasse à des fins de recherche scientifique. 

L'un des principaux sujets abordés cette semaine est une proposition d'accord destinée à autoriser la chasse côtière à la baleine, pratiquée de manière non durable par le Japon, en échange d'une réduction de ses activités de chasse "scientifique" en cours dans le Sanctuaire baleinier de l'Océan austral. Un tel accord violerait le moratoire et les procédures scientifiques établies, légitimerait la chasse "scientifique" des baleines pratiquée actuellement par le Japon et balaierait d'un revers de manche des décennies de travail menées par le Comité Scientifique de la CBI.  

"Les pays qui soutiennent une véritable approche scientifique et la conservation des baleines devraient rejeter cet accord et agir non seulement au sein de la CBI mais aussi hors Commission pour que le moratoire sur la chasse entre effectivement en vigueur," affirme P.Ramage. "L'avenir de la CBI est la science de la conservation, et non un massacre commercial." 

Un nouveau rapport d'IFAW sera publié pendant la réunion de Madère. Il illustrera la remarquable croissance constante de l’activité touristique de l'observation des baleines et le développement de sa contribution économique dans le monde entier.

Post a comment

Contact presse

Patrick Ramage (Représentation d'IFAW à Madère, Portugal) États-Unis
Contact phone:
+1 (508) 776-0027
Contact email:

Nos experts

Dr. Maria (Masha) N. Vorontsova, Directrice Russie et CEI
Directrice Russie et CEI
Dr. Ralf (Perry) Sonntag, Directeur national Allemagne
Directeur national Allemagne
Isabel McCrea, Directrice régionale Océanie
Directrice régionale Océanie
Représentante d’IFAW au Japon
Représentante d’IFAW au Japon
Patrick Ramage Directeur du programme Baleines
Directeur du programme Baleines