La Russie condamne plus fermement le braconnage

Jeudi, Octobre 11, 2007
South Yarmouth, MA, Etats-Unis
Dans le cadre d’un geste historique visant à améliorer la protection de la faune et la flore sauvages de Russie, Rosprirodnadzor, l’organisme d’état en charge de la surveillance et de la gestion des ressources naturelles du pays, a renforcé les peines appliquées pour braconnage des espèces menacées en augmentant les amendes jusqu’à 200 pour cent. IFAW (Fonds international pour la protection des animaux - www.ifaw.org), qui a effectué un travail de lobbying en Russie en faveur de peines plus strictes et d’un renforcement de la législation destinée à combattre le braconnage, se réjouit de la décision prise par la Russie.
La Russie compte moins de 450 à 500 tigres de l’Amour (aussi dénommé tigre de Sibérie ou de l’Oussouri) à l’état sauvage, et quelque 35 panthères de Chine (ou léopards de l'Amour). Historiquement, les amendes appliquées en Russie pour avoir tué un tigre ou un léopard étaient désespérément basses : moins de 2.000 roubles, soit 35 euros sur la base du taux de change en vigueur il y a cinq ans. La nouvelle amende appliquée pour le braconnage d’un tigre, par exemple sera de 14.000 euros. Ces deux espèces rares sont tuées par les braconniers pour approvisionner le marché international. Leurs os sont utilisés en médecine traditionnelle et les peaux sont vendues comme souvenirs ou pour l’industrie de la mode.
 
« Nous espérons que ces nouvelles peines seront efficaces pour combattre le braconnage. Cela permettra de sauver et contribuera même à augmenter de nombreuses populations de tigres et de léopards vivant sur le territoire de notre pays, » a déclaré Oleg Mitvol, Directeur adjoint de Rosprirodnadzor.
 
Selon M. Mitvol, son organisme conduira un certain nombre de nouveaux programmes conjoints destinés à augmenter les populations des tigres et léopards de l’Amour en partenariat avec le service fédéral d’inspection des tigres du Ministère de la Nature, la Fondation Amour et IFAW.
 
M. Mitvol ajoute : « Nous parlons d’animaux que nos enfants n’auront peut-être jamais l’occasion de voir. »

Post a comment